Nestor de la MAIF simplifie la gestion des finances personnelles

S'adaptant à la révolution numérique bouleversant le secteur de l'assurance, la MAIF poursuit sa « transformation digitale » et annonce le lancement de Nestor, son propre service d'agrégation du patrimoine financier.

Gestion des finances personnelles
Les utilisateurs de Nestor pourront accéder à l'ensemble des informations concernant leurs finances via une seule et unique interface. Pratique pour gérer son budget !

Après les banques traditionnelles puis les banques en ligne, voici venir les néo-banques ! Ces nouveaux acteurs se caractérisent le plus souvent par la proposition de services d'aide à la gestion des finances via une application web ou mobile adossée à un compte bancaire. La plupart des néo-banques repose sur un partenariat avec un établissement bancaire traditionnel. Cependant, à l'image de fintechs comme Morning, certaines commencent à s'en émanciper.

En pleine révolution numérique, la MAIF souhaite quant à elle aller encore plus loin. Elle mise sur un modèle de néo-banque « dans lequel une marque reconnue et inspirant confiance devient l'interlocutrice privilégiée de la relation bancaire et financière sans avoir à intégrer à son offre un compte bancaire ». C'est dans ce cadre que le célèbre « assureur militant » a introduit jeudi dernier via un communiqué de presse son nouveau service d'agrégation bancaire nommé Nestor. De quoi s'agit-il ?

Nestor : premier service néo-banque de la MAIF

La MAIF définit Nestor comme étant « avant tout un service d'agrégation des comptes et plus globalement du patrimoine financier ». À l'image de Fiduceo racheté en mars dernier par Boursorama ou encore de l'application Fortuneo Budget, Nestor offrira la possibilité à ses utilisateurs d'accéder à l'ensemble des informations concernant leurs finances via une seule et unique interface.

Le nouveau service de la MAIF permettra en effet de « regrouper, visualiser et organiser » les données de vos différents types de comptes bancaires mais aussi celles de vos moyens de paiement alternatifs (Paypal…), vos assurances-vie, vos crédits, votre gestion patrimoniale ou encore votre épargne salariale. Un bon moyen pour faciliter la gestion des finances personnelles, notamment en cas de dissémination des informations dans plusieurs établissements !

Parallèlement à une version socle gratuite, une version premium facturée moins de 30 euros par an devrait également permettre de « catégoriser ses dépenses et d'avoir une vision plus large de son historique et de ses prévisions de budget ». La MAIF promet en outre que Nestor s'enrichira progressivement de « services et fonctionnalités spécifiques ». Selon les informations du site Les Échos, des fonctions d'aide à la préparation de projets ou de courtage de crédit seraient par exemple envisagées. Pascal Demurger, le directeur général du groupe, aurait par ailleurs confié qu'à terme « l'idée serait d'aller vers des fonctionnalités de transaction ».

Vers une disponibilité à l'automne

Pour le développement de Nestor, la MAIF s'est assuré le soutien d'un des leaders du marché de l'agrégation des données bancaires à savoir Linxo, déjà partenaire de BforBank et d'autres établissements sur ce type de projets. L'outil de la MAIF sera dans un premier temps soumis à une phase de test. Les salariés du groupe d'assurance ainsi qu'environ 500 de ses clients s'étant portés volontaires pourront l'utiliser dès lundi prochain, le 20 juin. Le lancement réel du service pour le grand public n'interviendra quant à lui pas avant le mois de novembre.

Avec un optimisme modeste, la MAIF a annoncé viser un équilibre pour le service d'ici 4 ou 5 ans et un objectif de 500 000 utilisateurs. Cependant, à plus court terme, nul doute que l'assureur souhaite positionner son nouvel outil sur le marché avant le 1er janvier 2018, date de la transposition de la directive européenne sur les services de paiement (DSP2). Cette directive prévoit en effet d'ouvrir le marché des paiements aux « prestataires de services d'initiation de paiement » et aux « prestataires de services d'informations sur les comptes ». Autrement dit, après le 1er janvier 2018, un client pourra initier des mouvements bancaires comme le transfert de fonds d'une banque à une autre sans passer par le site Internet de son établissement d'origine.

Les néo-banques : bientôt interlocutrices privilégiées des clients bancaires ?

Après la transposition de la DSP2, les services d'agrégation de données financières pourraient bien priver les banques de leur relation directe avec leurs clients et devenir les premiers interlocuteurs de ceux-ci. Promis à un bel avenir, ce secteur est actuellement en plein essor. Les trois principaux acteurs de ce nouveau marché (Linxo, Bankin' et MoneyDoc) ont déjà conquis plus de 2 millions d'utilisateurs en France !

Le nombre d'acteurs connaît par ailleurs une évolution exponentielle. Alors qu'ils étaient jusque-là plutôt issus du milieu bancaire, les nouveaux venus proviennent par ailleurs désormais d'origines diverses. La MAIF est par exemple le premier assureur à se positionner sur le secteur, dans la droite ligne de sa stratégie de transformation numérique. « La transformation digitale en cours et la prise de pouvoir du consommateur n'attendront pas les acteurs du marché de l'assurance. Face à ce big bang, la MAIF a fait le choix de se réinventer et d'engager sa révolution digitale » résume Pascal Demurger, le directeur général du groupe MAIF.

2 commentaires 2 notes - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • ☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Bosselut  -  Le 26 octobre 2017 à 21h50

★ ★ ★ ★ ★

Alfred  -  Le 6 novembre 2017 à 10h06

★ ☆ ☆ ☆ ☆