Pouvoir d'achat : Pire que l'inflation, la stagflation

La récente étude de 60 millions de consommateurs sur l'inflation des produits alimentaires a jeté le trouble sur le pouvoir d'achat des ménages français : certains produits de base - comme le lait et les céréales - voient leurs prix flamber, jusqu'à 50% d'augmentation en un an.

Un phénomène inquiétant, puisque cette inflation n'est proportionnellement suivie ni par la croissance ni par le pouvoir d'achat. La menace d'une situation de stagflation devient alors pressante. Cette dernière naît d'une croissance faible et d'un fort indice d'inflation, et a pour effet d'handicaper durablement les banques centrales dans la bonne conduite de leurs taux directeurs.

Pour sortir d'une situation de stagflation la solution la plus en vue est l'augmentation des taux. Une politique bancaire difficile à appliquer dans un contexte social international prudent vis-à-vis des taux forts, faisant suite à la crise des subprimes particulièrement coûteuse à l'échelle du monde.

Vers la crise globale ?

Non, et ce pour une raison simple : l'économie de marché est cyclique, et aujourd'hui la tendance chez les analystes tend à rassurer les particuliers : l'actuelle « bulle d'inflation » entourant certains produits de consommation est provisoire et devrait « dégonfler » dans les semaines à venir. De même, d'un point de vue économique le bilan ne peut être totalement négatif. Certes, la crise des subprimes et les pertes engendrées par les organismes bancaires sont un coup dur. Mais il est largement diminué par de récents investissements massifs - à l'instar de l'introduction en bourse de American Express. De plus, ces pertes sont à pondérer par rapport au comportement des marchés : le secteur de l'immobilier notamment - et l'émission de crédits lui étant attachée - étant particulièrement vivace en France.

Si certains indicateurs économiques tendent vers le rouge, le comportement des particuliers et des hautes autorités financières reste serein. Preuve que bien que provisoirement chamboulé l'équilibre économique n'est pas mort.

Mise à jour du 18 avril 2008 : suite au fort indice d'inflation constaté sur les premiers mois de l'année 2008, le SMIC va augmenter de 2,3% en application du Code du Travail. Celui-ci prévoit en effet l'indexation du SMIC sur l'inflation lorsqu'elle atteint 2% en glissement sur l'année.

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

5/5 - 1 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆