Les Français plébiscitent la copropriété

Malgré des charges de copropriété conséquentes, les Français apprécient cette forme d’habitat collectif. Retour sur leurs motifs de satisfaction.

71 %, c'est le taux de satisfaction des habitants qui résident en copropriété selon une étude Elabe menée pour le Crédit Foncier. De la mutualisation des coûts à la participation aux prises de décision, quels sont les avantages mis en avant par les copropriétaires ?

Motifs de satisfaction et d'insatisfaction chez les copropriétaires

L'étude Elabe pour le Crédit Foncier a été publiée en novembre 2018 suite à la tenue du 25 ème Salon de la Copropriété. Plus de 7 copropriétaires sur 10 se déclarent satisfaits de cette situation.

Ils mettent notamment en avant la mutualisation des coûts comme ceux liés à la gestion courante (56 %) et ceux associés aux travaux exceptionnels (54 %). Le fait de contribuer aux prises de décision (38 %) participe à l'aspect positif de la copropriété, tout comme celui d'avoir des voisins (16 %).

Tout n'est pas non plus idyllique pour les copropriétaires qui pointent la difficulté de créer un consensus avec leurs alter ego (49 %). Ils dénoncent également les nuisances de voisinage (42 %) et l'obligation de respecter la conformité des règles communes (37 %). Le Crédit Foncier précise que 83 % d'entre eux font appel à un syndic professionnel, 15 % un syndic bénévole.

Zoom sur les charges de copropriété

Les charges de copropriété pèsent indéniablement sur le budget des occupants d'habitats collectifs. En moyenne, ces derniers y consacrent 12 % de leurs revenus. Les principaux postes de dépenses sont le chauffage (39,2 %), le personnel (18,9 %) et l'entretien (16 %).

Le 3 ème baromètre Baticopro, parue en janvier 2019, confirme ces chiffres : 26 % pour le chauffage collectif, 19 % pour les honoraires du syndic, 15 % pour le gardiennage/personnel et 10 % pour l'entretien courant.

Dans ce baromètre, 15 % des copropriétaires payent moins de 1000 euros de charges collectives, 30 % entre 1001 et 2000 euros, 29 % entre 2001 et 3000 euros, et 26 % plus de 3000 euros. A cela s'ajoute le coût des travaux de rénovation.

En 2018, les principaux travaux d'envergure sont le ravalement de façade (22 %), la rénovation de la toiture (20 %), la rénovation de la structure (13 %) et l'entretien des espaces extérieurs (13 %). Mais, dans un quart des copropriétés, des travaux ont été refusés pour des raisons budgétaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.7/5 - 6 avis