Un ménage sur huit n'a pas de patrimoine financier en France

Entre 1998 et 2018, le taux de détention de patrimoine financier des Français a reculé de 90,3 % à 88,7 % d’après la récente publication de l’Insee sur le patrimoine des ménages en 2018.

Une jeune femme tient une tirelire dans sa main et glisse une pièce dedans

De quoi se compose le patrimoine des Français en 2018 ? L’Insee indique que 88,7 % des ménages disposent de produits financiers (-1,6 % par rapport à 2015), 61,6 % s’appuient sur un bien immobilier (-1,1 % par rapport à 2015) et 14,9 % détiennent un patrimoine professionnel. Seuls 12 % des ménages réunissent patrimoine immobilier, financier et professionnel. Intéressons-nous ici au patrimoine financier.

Quels sont les Français qui possèdent le moins de patrimoine financier ?

L’étude d’analyse comparative de l’Insee souligne que les jeunes qui pénètrent sur le marché de l’emploi ne représentent pas le gros du contingent des ménages les moins fournis en patrimoine financier. Ce sont les retraités les plus fragilisés : seuls 86 % des familles comprenant une personne de référence de 60 ans et plus sont titulaires d’un livret d’épargne, de valeurs mobilières ou encore d’assurance vie.

Parallèlement, ce chiffre s’envole à 90 % chez les Millennials de moins de 30 ans. Lorsque les auteurs s’intéressent plus particulièrement aux catégories socioprofessionnelles, les moins bien lotis sont les inactifs qui n’ont jamais travaillé (77 %), les ouvriers non qualifiés (81 %) et les retraités anciens salariés (83 %). 

Quelle est la composition du patrimoine financier des Français ?

Sur les trois dernières années, la part des Français titulaires d’un livret d’épargne stagne (83,5 % en 2015, 83,8 % en 2018) avec des différences notables entre les produits. Par exemple, les livrets réglementés (Livret A, LDDS, LEP) sont moins attractifs à cause d’un faible rendement. Idem pour les produits d’épargne logement : 27,6 % des Français possèdent un PEL aujourd’hui contre 34,5 % il y a vingt ans.

Le placement préféré des Français demeure l’assurance vie qui a bondi de 28,9 % de taux de détention en 1998 contre 39 % en 2018. L’assurance vie a même progressé de 2,5 % sur ces trois dernières années, séduisant plus de 44 % des foyers dont la personne de référence est âgée de 60 ans.

L’aversion au risque demeure malgré tout prégnante. Avec la crise de 2008, les valeurs mobilières ont vu leur taux de détention se dégrader (16,7 % en 2004, 13,9 % en 2018), sauf chez les cadres et les professions indépendantes.

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

3,8/5 - 6 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆