Second acte de la campagne de l’UFC « Gaz moins cher ensemble »

Alors même que tombait récemment la nouvelle d’une légère baisse des tarifs réglementés du gaz au 1er décembre 2014, après deux mois de hausses consécutives, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir fourbit ses armes pour qu’un maximum de foyers profitent, dès l’année prochaine, des conditions actuellement très favorables sur le marché libre.

Après une première édition réussie en 2013, l'association renouvelle ainsi sa campagne intitulée « Gaz moins cher ensemble » : se muant pour l'occasion en une véritable centrale d'achat, l'UFC se propose de passer un appel d'offres auprès des fournisseurs alternatifs, et de faire bénéficier toute personne intéressée d'un contrat avec le plus compétitif d'entre eux.

Gaz moins cher ensemble : deuxième mouture

Un principe de fonctionnement très simple

Le 20 novembre 2014, l'UFC-Que Choisir a officiellement lancé un nouvel appel d'offres auprès de l'ensemble des fournisseurs alternatifs de gaz, pour un contrat valide du 1er janvier au 31 décembre de l'année prochaine.

Le cahier des charges est précis et mentionne notamment quelques conditions impératives : pour qu'elle représente un véritable intérêt aux yeux du consommateur, l'économie par rapport aux tarifs réglementés du gaz devra être ainsi d'au moins 12 %, garantis sur toute l'année. Le contrat, par ailleurs, doit être sûr (c'est-à-dire ne contenir aucune clause abusive). Le fournisseur, enfin, doit accepter le principe que le client sera accompagné par l'association en cas de réclamation.

Tous les opérateurs intéressés ont jusqu'au 22 décembre 2014 pour faire connaître leur offre.

Les consommateurs, de leur côté, adhérents ou non à l'association, ont la liberté de s'inscrire en indiquant leurs coordonnées sur le site www.gazmoinscherensemble.fr jusqu'au 19 janvier 2015, soit la veille de l'annonce officielle de l'opérateur sélectionné.

La démarche est entièrement gratuite, sachant toutefois qu'une contribution financière de 10 € (5 € pour les adhérents) sera demandée aux participants s'ils acceptent le contrat proposé. Ce dernier leur parviendra par courrier, dans la semaine du 26 au 30 janvier 2015.

Quels gains à espérer pour le consommateur ?

Les organisateurs de la deuxième campagne « Gaz moins cher ensemble » espèrent un succès au moins égal à celui de la première, qui s'était déjà caractérisée par des chiffres impressionnants.

L'association avait clairement réussi à faire bouger les lignes : près de 71 000 clients, à l'époque, avaient accepté l'offre du partenaire Lampiris, pour une économie moyenne de 200 € sur l'année (12 millions d'euros d'économisés au total). Seuls 0,2 % des contrats signés ont donné lieu à une réclamation du client. De son côté, avec ce joli coup commercial, le petit fournisseur belge multipliait sa clientèle française par six (!) et, contre la réduction de ses marges, s'offrait ainsi une véritable envergure internationale.

L'opération a d'ailleurs été saluée comme un « fait marquant » par la Commission de Régulation de l'Énergie elle-même, et distinguée par l'ESSEC et son prix de l'initiative consumériste en 2013.

L'UFC-Que Choisir, forte de la crédibilité offerte par cette première édition, devrait être logiquement courtisée par un grand nombre d'opérateurs pour cette deuxième mouture, et ce pour le plus grand bénéfice du consommateur final.

Favoriser la libre concurrence, dans un contexte délicat pour GDF Suez

Campagne GMCE : une alternative à l'ouverture des fichiers…

Depuis l'ultime décision rendue par la Cour d'appel de Paris, les voies de recours sont terminées pour GDF Suez : l'opérateur historique, pour assurer une concurrence plus libre sur le marché du gaz naturel, devra ainsi communiquer à l'ensemble des fournisseurs alternatifs le fichier de ses clients abonnés aux tarifs réglementés, avant le 15 janvier 2015.

Bien loin de saluer cette mesure, certes favorable à la concurrence et à la diffusion des offres les plus compétitives, l'UFC-Que Choisir s'inquiète au contraire des dérives potentielles. Destinataires d'une manne de coordonnées clients et de profils de consommation, les fournisseurs alternatifs pourraient, en effet, fort bien se lancer dans un démarchage non désiré et plus ou moins agressif auprès des consommateurs.

L'association va même jusqu'à s'inquiéter de la possibilité d' « abonnements forcés », notamment auprès de personnes vulnérables et peu conscientes de leurs droits. C'est la raison pour laquelle la campagne GMCE est clairement assumée comme « une autre voie protectrice des consommateurs ».

…dans un contexte de concurrence sclérosée

L'UFC-Que Choisir, dans son communiqué, pointe d'autres raisons justifiant le renouvellement de son initiative. Depuis le mois de mars 2014, les effets de la première campagne se sont estompés et la part de marché des fournisseurs alternatifs connaît une certaine stagnation… À l'inverse des offres de marché de l'opérateur historique GDF Suez, pourtant beaucoup moins intéressantes en moyenne.

Même si l'accusation n'est pas nouvelle, l'UFC sous-entend à nouveau que la confusion est volontairement entretenue dans l'esprit du consommateur par GDF.

Une initiative qui tombe au plus mauvais moment pour GDF Suez

Le renouvellement de la campagne « Gaz moins cher ensemble » ne constitue clairement pas une bonne nouvelle pour GDF Suez, empêtré en ce moment dans un certain nombre de problèmes aussi variés qu'inextricables.

Outre l'obligation de communiquer rapidement ses données de clientèle aux fournisseurs alternatifs, l'opérateur historique pâtit de mauvais résultats financiers pour le troisième trimestre 2014, qui n'arrangent pas ses performances sur l'année : le chiffre d'affaires accuse une baisse de 7,5 % sur neuf mois, tandis que le résultat opérationnel courant plonge de 17,4 %.

Sont en cause, d'une part, le climat particulièrement doux depuis le mois de septembre, et d'autre part les déboires de la filière nucléaire belge avec trois réacteurs sur sept actuellement arrêtés pour des motifs divers, qui laissent craindre une possible pénurie de courant dans le pays au cours de l'hiver.

Il convient d'ajouter à ces quelques déconvenues la polémique épineuse relative à la confortable retraite-chapeau du P-DG Gérard Mestrallet, estimée à 830 000 € par an à compter de son départ en 2016. Face à cette accumulation, GDF Suez apparaît de fait confronté à une situation tendue, et aura d'autant plus de mal à résister à la pression commerciale de l'UFC-Que Choisir.

Votre énergie moins chère !

Êtes-vous sûr de payer le bon prix pour l'électricité et le gaz ?
JeChange compare les offres du marché pour vous dénicher le tarif le plus compétitif selon votre consommation.
N'attendez plus, comparez et faites des économies !

Je compare

3 commentaires sur “Second acte de la campagne de l’UFC « Gaz moins cher ensemble »

  1. Quand je voie ce monopole mafieux, le terme (mafieux)n’est pas injustifié je me révolte et je vous demande à tous de quitter GDF suez …
    aujourd’hui nous sommes informés et les constats sont alarmants
    le personnel ne payent que 10% du gaz consommé .
    Le PDG qui ne sait plus quoi faire de son salaire, de ses primes, de ses options, et qui de surcroit va quitter le monde du travail avec une retraite, plus une valise d’euros (830 000 M€ )

    J’appel le peuple à regarder en face….
    Nous allons voter…Nous pouvons changer les choses. Nous ne sommes pas des utopistes….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.5/5 - 4 avis