Trottinette électrique : un engin qui se banalise, mais faut-il l’assurer ?

Depuis 2019, la trottinette électrique se démocratise, et les règles changent. Qu'en est-il aujourd'hui, comment s'assurer ?

  • Publié le

La trottinette électrique, un véhicule de plus en plus courant

En effet, une façon de circuler qui se promet d’être pratique, non encombrante et moins polluante. Que demander de plus que cet outil longtemps considéré comme un gadget ? La trottinette électrique séduit de plus en plus, mais comment ça marche ?

Attention cependant, les trottinettes électriques débridées roulant à plus de 25 km/h ne sont plus autorisées sur voie publique. De fait, une amende est probable lors de contrôle, à hauteur de 1500 €. Si votre engin peut aller plus vite, vous devrez le faire homologuer. Une immatriculation est nécessaire ainsi qu’une assurance trottinette électrique spécifique. Malgré tout, vous ne serez toujours pas autorisé à rouler sur la voie publique et vous devrez vous rendre sur un circuit spécialisé ou une voie privée.

Un vélo d’assistance électrique n’est pas soumis à une assurance à part entière. La seule obligation est alors celle de la garantie de responsabilité civile, incluse dans votre assurance habitation.

En revanche, depuis octobre 2019, il y a une réglementation sur les EDMP. Il s’agit du décret relatif à la réglementation des engins de déplacement personnel (EDMP), publié au Journal officiel (décret n° 2019-1082 du 23/10/2019, publié le 25/10/2019). Parmi eux, les trottinettes, hoverboards, etc. sont des véhicules entièrement motorisés. Il vous faudra de fait un contrat d’assurance EDMP spécifique.

Ce qui est obligatoire concernant la trottinette électrique

Si vous n’avez besoin ni du permis ni d’une plaque d’immatriculation, l’assurance quant à elle est obligatoire. « Nos sociétaires sont assurés pour leurs vélos à assistance électrique dans leur contrat habitation. Nous proposons aussi des formules d’assurance automobile pour les autres engins motorisés comme les trottinettes électriques et les gyropodes », explique Christophe Sabadel, chef de nouvelles mobilités à la Maif.

Des années auront été nécessaires à ces nouveaux engins pour une réglementation précise, et cette dernière a été intégrée au code de la route. De fait, si vous avez une trottinette électrique, voici les règles à respecter :

Ce que vous devez absolument détenir

  • 12 ans minimum
  • vitesse maximale atteignable de 25 km/h, sans quoi il vous faudra faire brider votre véhicule
  • feux avant et arrière sont obligatoires, ainsi qu’un dispositif rétroréfléchissant et un avertisseur sonore
  • la circulation quant à elle se fait sur les pistes cyclables quand il y en a ou sur la chaussée dans le cas contraire au sein d’une agglomération. Hors agglomération, seules les pistes cyclables et les voies vertes sont autorisées aux trottinettes électriques
  • port du casque obligatoire hors agglomération, fortement conseillé en ville
  • lors d’une visibilité insuffisante ou de nuit, le port d’un vêtement ou équipement rétroréfléchissant est obligatoire

Ce qui est interdit

  • l’usage de la trottinette est exclusivement personnel et vous ne pouvez pas transporter de passager
  • vous ne devez pas porter de casque audio, par mesure de sécurité
  • vous ne pouvez pas circuler sur les trottoirs
  • circuler à plus de 25 km/h

Si votre trottinette ne remplit pas tous ces critères, vous êtes dès lors verbalisable.

Attention, les sanctions ne sont pas moindres :

  • contre les règles de circulation : 35 € d’amende (2classe)
  • circulation sur un trottoir sans y être autorisé : 135 € d’amende (4e classe)
  • si la vitesse de votre EDPM n’est pas limitée à 25 km/h : 1 500 € d’amende (5classe)
trottinette elec

Comment assurer la trottinette électrique ?

Une règle systématiquement appliquée en cas d’accident, l’usager le plus fort est fautif. Par exemple, si une voiture percute une trottinette, le conducteur de la voiture sera considéré comme en faute, mais si une trottinette percute un piéton, cette dernière sera fautive. C’est pour ce genre d’incident qu’il vaut mieux souscrire une assurance et être bien protégé : personne n’est à l’abri d’un accrochage.

Comme pour une voiture ou une moto, l’assureur délivrera une carte verte. En moyenne, il faut compter 40 à 60 € par an pour la garantie tiers d’une trottinette électrique, selon votre assureur et, bien entendu, les conditions de votre contrat. Si le conducteur est blessé, l’assurance habitation n’interviendra pas. En revanche, les assureurs proposent des contrats dédiés aux utilisateurs de ces nouvelles mobilités. Il faut compter des tarifs aux alentours de 3 euros en contrats de base. Certains spécialistes de leur côté proposent des contrats plus complets allant du vol de l’engin aux dommages corporels subis.

La trottinette électrique est à ce jour reconnue comme véhicule terrestre à moteur. De fait, vous vous devez à minima souscrire à une assurance de responsabilité civile pour protéger les tiers à qui vous pourriez faire subir des dommages corporels. Nous recommandons vivement de prendre une complémentaire pour vous protéger des dommages corporels dont vous pourriez vous-mêmes être victime lors d’un trajet en trottinette électrique. Pour ce faire, vous pouvez souscrire à une garantie individuelle dite accident ou avoir une garantie personnelle conducteur.

Luko-PNO
LUKO vous propose d’assurer vos véhicules électriques individuels.

Découvrez toutes les garanties pour assurer vos véhicules.

     Bon à savoir :

N’hésitez pas à faire le tour de vos assurances pour éviter tout doublon.

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.4/5 - 23 avis