Le crédit conso poursuit son redressement en octobre

Sans surprise, les résultats du crédit à la consommation publiés par l'ASF pour le mois d'octobre confirment la hausse du recours aux LOA et la poursuite du déclin des crédits renouvelables.

Les difficultés de trésorerie actuelles des Français, qui se traduisent notamment par le retrait de sommes toujours plus importantes sur les livrets A, sont également trahies par la bonne santé des crédits à la consommation. La statistique mensuelle d'activité des établissements de crédit, publiée par l'ASF, révèle en effet que le mois d'octobre 2015 a été une période faste pour les prêteurs.

Une tendance déjà perceptible depuis le début de l'année, mais qui cache cependant d'importantes disparités entre les différents types de crédits. Déclin du crédit renouvelable, explosion des locations avec option d'achat sur le parc automobile… Le rapport des particuliers avec le crédit à la consommation semble décidément évoluer en permanence.

Le crédit consommation reste sur une tendance favorable en octobre

Les Français auront, globalement, davantage emprunté pour financer des biens de consommation en octobre 2015 par rapport au même mois de l'année précédente. La « production » totale de crédit à la consommation, c'est-à-dire le montant des prêts conso alloués, s'établit à 3 419 millions d'euros en octobre 2015. C'est 6,4 % de plus que les 3 212 millions d'euros débloqués en octobre 2014.

Ces résultats sont parfaitement conformes à la tendance observée sur l'année. Si l'on prend en compte la production cumulée sur les dix premiers mois de 2015, le total atteint en effet près de 30,1 milliards d'euros. Soit une hausse non négligeable de 5,3 % par rapport aux 28,58 milliards d'euros prêtés par les établissements de crédit du 1er janvier au 31 octobre 2014. En variation annuelle (données mensuelles cumulées sur douze mois), la tendance est en réalité favorable depuis le mois de mars, et est toujours restée supérieure à 2 % à compter de cette date.

Variation annuelle de la production du crédit à la consommation
Variation annuelle en pourcentage de la production du crédit à la consommation toutes opérations confondues. Données mensuelles. Moyenne trimestrielle mobile. (Source : ASF)

Une production encore loin de ses précédents records

À contrario d'une lecture qui voudrait que les Français s'endettent de plus en plus pour financer leur style de vie, le niveau actuel de production des crédits à la consommation reste loin de ce qu'il a pu être il y a seulement quelques années.

La production totale sur douze mois, à son plus haut, a atteint environ 45 milliards d'euros en 2008. En octobre 2015, elle n'est plus « que » de 36 milliards d'euros, soit 20 % de moins. Le pic du crédit à la consommation est donc derrière et il paraît peu probable que l'on retrouve un niveau comparable à moyen terme.

Production du crédit à la consommation en année mobile

Production en année mobile du crédit à la consommation toutes opérations confondues (en milliards d'euros). Données mensuelles cumulées sur 12 mois. (Source : ASF)

Prêt auto : l'essor spectaculaire de la LOA

Sur le cumul de l'année, les prêts classiques affectés à l'achat d'une automobile neuve déclinent nettement, et passent de 2,46 milliards d'euros en 2014 à seulement 2,39 milliards en 2015, soit une diminution de 3,2 %. La tendance est compensée, tout d'abord, par le financement des véhicules d'occasion qui connaît une forte appréciation de 7,8 % par rapport aux 10 premiers mois de 2014.

L'évolution la plus remarquable, surtout, est la popularité croissante des locations avec option d'achat (LOA). Les Français ont emprunté pour acquérir une voiture via ce dispositif 3,17 milliards d'euros pour les dix premiers mois de l'année 2015, soit 42,9 % de plus que pour la même période en 2014 ! Les automobilistes semblent visiblement séduits par cette nouvelle forme de financement qui leur permet de conduire un véhicule récent sans jamais vraiment le posséder.

Même si le phénomène est beaucoup plus marginal, la location avec option d'achat ne se diffuse d'ailleurs pas seulement sur le marché automobile. Sa production pour le financement d'« autres matériels » passe de 334 à 421 millions d'euros, soit une hausse de 26 %.

Les prêts personnels en forte progression

Toujours en opposition au bon vieux crédit affecté qui ne semble plus faire recette, on note la bonne santé du prêt personnel.

Cette forme de crédit à la consommation, qui peut être sollicité pour tous types de besoins sans avoir à fournir un justificatif de dépense, affiche une progression marquée de 6,1 % sur les dix premiers mois de l'année (de 9,89 milliards d'euros à 10,5 milliards). Le prêt personnel s'offre même un mois d'octobre particulièrement faste avec une progression de 12,2 % !

Attention toutefois : les statistiques du prêt personnel incluent les rachats de crédits, ce qui peut donc avoir pour effet de gonfler artificiellement les chiffres.

La contraction du crédit renouvelable se poursuit

La greffe du crédit renouvelable semble en voie d'échouer en France, et le déclin de cette forme de crédit est constant depuis déjà sept ans. La dernière enquête mensuelle de l'ASF révèle ainsi une production qui tombe à 8,2 milliards d'euros pour les dix premiers mois de 2015, contre 8,53 milliards en 2014 : une diminution de 3,9 %.

Il est vrai que le législateur n'a pas facilité la tâche des établissements de crédit ou grandes enseignes commerciales qui souhaitaient populariser ce type de financement. La loi Lagarde du 1er juillet 2010, puis la loi « consommation » du 17 mars 2014 ont successivement renforcé les contraintes en la matière. Un professionnel, notamment, a désormais l'obligation de proposer une alternative au crédit renouvelable dès lors que le montant prêté dépasse 1 000 €.

La Banque de France révélait d'ailleurs récemment que l'encours moyen des crédits renouvelables est inférieur à 1 000 €, ce qui indique que les ménages les réservent à des besoins très ponctuels et évitent la spirale d'un endettement trop lourd.

1 commentaire - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Veronique  -  Le 30 novembre 2015 à 18h29

le pouvoir d'achat a augmenté, le taux d’épargne en revanche a baissé, la crise économique et d'autres facteurs divers poussent les consommateurs à faire appel aux organismes de crédit

Soyez le premier à noter !

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆