Comparez les assurances de prêt immobilier

Obtenez le meilleur taux pour assurer votre prêt immobilier

  • 1. Mon prêt immobilier
  • Mois
  • %
  • 2. Mon profil

Faites votre demande de devis en ligne

Depuis juillet 2014, grâce à la loi Hamon, vous avez le choix ! Tout particulier détenteur d'une assurance de prêt immobilier dispose désormais d'un délai de rétractation de douze mois suivant la date de la signature de l'offre de prêt. Cette période vous permet d'examiner les offres concurrentes offrant des garanties équivalentes et de choisir la délégation d'assurance la plus profitable.

Profitez de l'expertise de l'équipe JeChange.fr, comparateur et courtier en assurance, pour comparer et obtenir jusqu'à 50% de réduction sur votre assurance emprunteur, selon profil. Nous sommes à même de contacter un grand nombre d'assureurs et de négocier auprès d'eux des tarifs préférentiels en votre faveur. Nous pourrons par ailleurs vous conseiller les garanties les plus pertinentes en fonction de votre profil afin de vous faire économiser une couverture dont vous n'auriez pas besoin.

Comment est-il possible de réduire le montant d'une assurance de prêt tout en maintenant son niveau de garantie ? Dans la plupart des cas, les banques vous proposent leur propre police d'assurance, également appelée « contrat de groupe ». Ces contrats mutualisent les risques entre tous les clients de la banque ce qui a pour conséquence de devoir payer trop cher pour le risque réel que vous représentez. Désormais, si vous avez opté pour un contrat de groupe, la loi Hamon de mars 2014 vous offre un délai de rétractation de douze mois suivant la date de la signature de l'offre de prêt.

Les risques pris en charge incluent obligatoirement le décès et l'invalidité permanente, avec un remboursement total du crédit. Il est possible aussi de vous couvrir contre l'incapacité temporaire et la perte d'emploi, avec un remboursement mensualité par mensualité. En cas d'emprunt à deux, il est enfin possible de jouer sur la quotité applicable à chacun, par exemple en assurant à 100 % la personne aux plus faibles revenus et à 50 % seulement celle qui aura les moyens de faire face en cas de disparition de son conjoint.