La Banque Postale teste le paiement par reconnaissance vocale

  • Publié le 02/03/2016
  • Écrit par
  • Aucun commentaire
Talk to Pay
Talk to Pay de La Banque Postale marque les débuts de l'utilisation de la biométrie vocale afin de lutter contre la fraude en ligne en France. (Crédit : Talk to Pay)

Après le paiement NFC via un smartphone, un système de paiement par la voix devrait bientôt être possible ! La Banque Postale annonce un nouveau service d'authentification vocale d'ici la fin de l'année.

Alors que l’année 2016 va marquer son dixième anniversaire en tant qu’établissement bancaire autonome, La Banque Postale multiplie les effets d’annonce et cherche visiblement à s’inscrire dans une certaine modernité. Il y a quelques jours seulement, La Banque Postale a annoncé la naissance d’une filiale 100 % en ligne d’ici l’automne.

Par un nouveau communiqué de presse en date du 29 février 2016, l'établissement attire cette fois l’attention avisant ses clients de la possibilité, dès l’été, de payer… par la voix ! Plusieurs années de tests et un avis positif de la CNIL vont en effet lui permettre de lancer prochainement « Talk to pay ». Ce service pourra se substituer au cryptogramme visuel classique de la carte bancaire pour procéder à un achat sur Internet.

Payer par la voix : une innovation de La Banque Postale

Comme tous les autres dispositifs d’authentification existants (par SMS, notamment), le service « Talk to pay » a pour principal objectif de « diminuer les risques d’utilisation frauduleuse de la carte bancaire » sur Internet en cas de perte ou de vol. Le cryptogramme classique à trois chiffres figurant au dos de la carte bancaire, est désactivé temporairement au profit d’un code dynamique, généré de façon aléatoire à la demande du client lorsque ce dernier désire procéder à un achat.

Le mode d’authentification est encore totalement inédit dans le paysage bancaire français. Pour certifier qu’il est bien la personne à l’origine de la transaction, le titulaire de la carte bancaire reçoit sur son mobile un appel automatique d’un serveur vocal, qui lui demande de répéter une phrase test. Le serveur détecte ensuite si le timbre, la fréquence ou le débit de la voix correspondent bien à celle du titulaire de la carte. En cas d’identification positive, le client n’a ensuite même plus à se donner la peine de remplir lui-même le formulaire sur la boutique en ligne. Une extension de son navigateur Internet prend le relais et remplit automatiquement cette tâche pour finaliser la transaction.

Selon son dernier communiqué, La Banque Postale prévoit de lancer Talk to Pay au cours de l’été prochain. L’établissement n’a toutefois pas encore fait connaître le tarif de ce nouveau service bancaire.

Un feu vert de la CNIL après des tests convaincants

À lire également : Vers la diversification des moyens de paiement en France.

Pour fonctionner, le nouveau service « Talk to pay » de La Banque Postale doit nécessairement stocker et gérer un certain nombre d’informations sensibles, dont les caractéristiques de la voix de chaque client qui y souscrira. C’est la raison pour laquelle le lancement du projet était soumis à un accord préalable de la CNIL, finalement obtenu au début de l’année. Avec cet accord, La Banque Postale devient la toute première banque française à obtenir un agrément de la commission en matière de biométrie vocale.

Pour formuler son avis favorable, la CNIL a sans doute considéré les tests très concluants réalisés au cours des trois dernières années par PW Consultants, le cabinet d'ingénierie en moyens de paiements chargé par La Banque Postale de mettre au point le produit. Selon la direction du développement des marchés de paiement de La Banque Postale, près de 600 cobayes se seraient déjà prêtés au jeu de la reconnaissance vocale, avec des résultats qui témoignent de la fiabilité du système. Ce dernier serait capable d’identifier de façon infaillible la voix de son interlocuteur, que ce dernier s’exprime dans un environnement calme ou en pleine rue, en criant, à voix basse ou même lorsqu’il souffre d’un gros rhume. Talk to Pay semble donc bien armé pour affronter toutes les vicissitudes et les aléas d’une exploitation dans des conditions réelles.

Un avenir prometteur pour la biométrie vocale

Le service Talk to Pay marque un début timide pour la biométrie vocale en France. La technologie pourrait être amenée à se développer très vite dans de nombreux secteurs qui nécessitent une authentification régulière par sécurité. Les codes PIN des téléphones portables ou les mots de passe de nombreux sites Internet pourraient ainsi être remplacés avantageusement.

La voix constitue en effet une caractéristique unique de chaque individu, au même titre que ses empreintes digitales ou son ADN. Il est possible d’isoler et d’identifier plus d’une centaine d’éléments distinctifs comme le rythme d’élocution, le spectre, le timbre et la fréquence.

Spot de communication présentant le dispositif de paiement Talk to Pay. (Source : Talk to Pay)
Aucun commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)