La collecte de l'assurance-vie à son plus haut niveau depuis un an

Comme c'est traditionnellement le cas depuis plusieurs années, l'assurance-vie enregistre de très bons résultats en juillet.

Après un semestre de régression constante, l'assurance-vie rebondit ! Sa collecte élevée doit cependant beaucoup à la baisse des prestations versées aux souscripteurs…

Depuis le début de l'année, l'assurance-vie affiche des résultats en berne. Est-ce l'effet de la baisse en 2015 de la rémunération des fonds en euros, supports préférés des Français en la matière ? Toujours est-il que les cotisations ont globalement décru tandis que les sommes versées par les assureurs affichaient la tendance inverse. Conséquence : durant le 1er semestre 2016, la collecte des assurances-vie a enregistré chaque mois près de 14 millions d'euros de moins que le mois précédent.

Le second semestre commence sous de bien meilleurs auspices pour les professionnels du secteur. L'assurance-vie affiche en effet une forme éblouissante en juillet. Non seulement les Français semblent se tourner à nouveau vers ce produit d'épargne mais les prestations versées par les assureurs ont diminué. Des résultats assez peu surprenants : le septième mois de l'année est souvent l'un des meilleurs pour l'assurance-vie !

Un excellent mois de juillet pour l'assurance-vie

Comme chaque mois, l'Association française de l'assurance (AFA) a publié le 25 août un bilan statistique dressant l'état des lieux du marché de l'assurance-vie. Selon les résultats communiqués, ce produit d'épargne enregistre un très bon bilan pour le mois de juillet 2016. Après avoir décliné en mai et en juin, les sommes engrangées par les organismes distributeurs d'assurances-vie rebondissent. La collecte nette du septième mois de l'année s'établit à pas moins de 3,4 milliards d'euros, soit 4,25 fois ce qui avait été observé le mois précédent.

Collecte de l'assurance-vie
La collecte de l'assurance-vie est florissante en juillet. (Sources : AFA)

Ce très bon résultat signe un retour de l'intérêt des épargnants pour ce placement qu'ils avaient déjà plébiscité en 2015. En effet, les cotisations versées par les assurés en juillet se sont élevées à 12,3 milliards d'euros, en hausse de 11 % par rapport au mois précédent. Néanmoins, l'excellente collecte nette doit également beaucoup à la baisse des sommes perçues par les souscripteurs d'un ou plusieurs contrats d'assurance-vie. Par rapport au mois de juin, les prestations des assureurs ont diminué de près de 12,75 % en juillet pour s'établir à 8,9 milliards d'euros.

Cotisations des assurances-vie
Les cotisations des assurances-vie progressent en juillet. (Sources : AFA)

Des résultats en demi-teinte depuis le début de l'année

Si l'assurance-vie affiche une santé florissante en juillet, ce rebond reste insuffisant pour compenser le ralentissement de sa croissance depuis le début de l'année. Entre le 01 janvier et le 31 juillet 2016, ces supports d'épargne ont engrangé une collecte nette de 15,2 milliards d'euros, soit près de 400 millions de moins que ce qui avait été constaté sur la même période l'année précédente.

Probablement à la grande joie des épargnants, ce ralentissement doit plus à l'augmentation des prestations que leur ont versées les assureurs qu'à une quelconque baisse des cotisations. Preuves de l'intérêt des Français, ces dernières se sont élevées à 82,9 milliards d'euros depuis le début de l'année (+ 2 % par rapport à 2015). Parallèlement, les organismes commercialisant des assurances-vie ont distribué 67,7 milliards d'euros pendant cette même période contre 65,6 milliards d'euros en 2015 (+ 3,2 %).

Quoi qu'il en soit, la collecte nette reste positive. Même si sa progression ralentit, l'encours de l'assurance-vie continue de croître. Au 31 juillet 2016, il s'élève à 1 615 milliards d'euros, en hausse de 2,73 % en glissement annuel.

Prestations des assurances-vie
Depuis le début de 2016, les assureurs ont versé plus de prestations que sur la même période en 2016. (Sources : AFA)

Les résultats des fonds en unités de compte restent stables

Si les résultats globaux des assurances-vie bondissent au mois de juillet, ceux concernant spécifiquement les fonds en unités de compte restent au même niveau. Durant le septième mois de l'année, la collecte nette de ce type de support s'est établie à 1,1 milliard d'euros, chiffre proche de la collecte mensuelle moyenne de 1,17 milliard d'euros calculée sur l'ensemble du début d'année.

Malgré cette apparente stabilité, la collecte nette cumulée sur les sept derniers mois s'établit à 8,2 milliards d'euros. Elle progresse de 6,5 % par rapport aux résultats observés sur la même période l'année précédente. Cette progression est cependant loin de traduire un engouement de la part des épargnants.

Même si elles augmentent de près de 16 % entre juin et juillet, les cotisations versées par les épargnants sur des fonds en unités de compte apparaissent globalement en recul par rapport à 2015. Leur cumul sur les sept premiers mois de l'année atteint 15,6 milliards d'euros… contre 16,8 milliards d'euros sur la même période en 2015. Cela représente donc une baisse des cotisations de plus de 7 % en glissement annuel !

Cotisations des unités de compte
Les cotisations des assurances-vie en fonds en unités de compte régressent par rapport à 2015. (Sources : AFA)

Une situation préoccupante pour les autorités

Même s'ils se réjouissent du fait que les versements sur les supports en unités de compte représentent 19 % des cotisations des assurances-vie, la plupart des observateurs du secteur restent inquiets. Tant l'ACPR que le HCSF alertent sur une trop faible baisse de rémunération des fonds en euros au regard du contexte. La loi Sapin 2 envisage même de donner au HCSF le pouvoir de bloquer tout versement aux assurés dans certaines conditions.

Par ailleurs, pour beaucoup d'acteurs du secteur, la part de l'encours transférée vers les fonds garantis en unités de compte est insuffisante pour faire face, notamment, à la baisse des taux des obligations d'État. Une étude publiée par l'agence de notation Standard & Poors prévoit par exemple que, si la situation persiste, les rendements des fonds propres des assureurs baisseront de 1 à 1,5 % par an d'ici 2020. Certains organismes distributeurs d'assurance-vie passeraient alors sous le seuil de rentabilité dans seulement 4 ans !

Pour y parer, les assureurs s'adaptent progressivement et mettent en place des alternatives. De plus en plus de placements s'orientent par exemple vers les fonds immobiliers, plus stables face aux variations des taux. Quoi qu'il en soit, la situation n'augure rien de bon quant à la rémunération des assurances-vie dont les fonds sont garantis en euros !

Aucun commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)