La Caisse d'Épargne crée le « Livret À connecter »

Le service « livret À connecter » se conçoit comme une véritable plate-forme collaborative et sociale, sur laquelle parents et amis pourront partager photos et vidéos tout en déposant des petites sommes en guise de cadeau.

Le livret A connecté
La Caisse d'Épargne présente son nouveau service « Livret À connecter » à destination des jeunes parents.

Malgré un taux qui atteint désormais péniblement 1 % (soit son plus bas niveau historique) et une relative désaffection des épargnants, le traditionnel livret A continue à favoriser l'apparition de formules et promotions innovantes dans différentes banques. Le réseau des Caisses d'Épargne se distingue tout particulièrement et annonce, pour le mois de novembre 2015 au plus tard, un nouveau service de tirelire en ligne pouvant être relié directement au livret A d'un jeune enfant, d'un nourrisson ou même de n'importe quel autre client intéressé.

Le principe : une tirelire électronique accessible à tous

Comment relancer la bonne vieille tradition du livret A ouvert à la naissance, en perte de vitesse depuis quelques années ? Le réseau BPCE, qui gère notamment les Caisses d'Épargne des différentes régions françaises, mise sur l'aspect ludique et collaboratif avec une nouvelle plate-forme baptisée « Livret À connecter ». Suite à l'arrivée d'un nouveau-né, les parents pourront comme autrefois immédiatement lui ouvrir un livret A, mais aussi connecter ce compte épargne à une tirelire électronique hébergée sur un mini-site de la Caisse d'Épargne. Pourront contribuer à cette tirelire toutes les personnes invitées, qu'elles soient déjà clientes de la banque ou non.

Souple, rapide et pratique, le produit a donc potentiellement la capacité de se substituer aux listes de naissance et autres petites enveloppes. Il pourrait même présenter un intérêt dans de nombreux autres contextes, comme les fêtes de Noël ou les anniversaires.

Des fonctionnalités avancées de partage sur les réseaux sociaux

La page web qui abrite la tirelire de l'enfant devrait proposer de nombreuses options de personnalisation. Elle pourra aussi, à la manière d'une page de profil de réseau social, donner accès à du contenu photo ou vidéo inséré par les parents, ce qui permettra à tous les généreux donateurs de suivre les premières aventures du nourrisson à son entrée dans la vie.

Les parents pourront diffuser le lien vers la tirelire à autant de proches, amis et connaissances qu'ils le souhaitent, par simple mail ou via les principaux réseaux sociaux.

Modalités de fonctionnement

L'ouverture combinée d'un livret A et de sa tirelire connectée ne devrait pas nécessiter plus de 48 heures en moyenne. Les visiteurs arrivant sur la mini-page de la tirelire auront ensuite la possibilité d'effectuer un don jusqu'à une somme maximale de 250 € par personne, exclusivement par carte bancaire pour le moment. Les parents, de leur côté, pourront choisir un reversement instantané de chaque don sur le livret A de leur enfant ou, au contraire, demander un virement unique lorsque le contenu de la tirelire aura atteint un certain montant.

Attention, ce service proposé par la Caisse d'Épargne n'est pas gratuit : la banque va prélever 1,5 % sur chaque don. Cela implique par exemple qu'un don de 20 € ne sera porté au crédit de la tirelire, puis du livret A, qu'à hauteur de 19,70 €. Ces conditions, il faut le préciser, restent cependant plus intéressantes que d'autres tirelires en ligne qui proposent déjà des services comparables : le site Leetchi.com, ainsi, pratique une commission de 4 % (ou 2,9 % au-delà de 2 000 €) dès lors que le propriétaire de la tirelire veut en virer le contenu sur son compte bancaire.

Un marché potentiellement porteur

Avec cette nouvelle offre, le réseau des Caisses d'Épargne tente clairement de séduire le public des jeunes mamans adeptes des réseaux sociaux, déjà surnommées les « social mums » dans les pays anglo-saxons. Le constat de la banque est que les parents de la jeune génération semblent avoir perdu de vue, pour beaucoup d'entre eux, l'automatisme qui consistait à ouvrir un livret A dès la naissance du petit dernier. Sur 800 000 naissances répertoriées tous les ans environ en France, la Caisse d'Épargne ne comptabilise en moyenne que 80 000 livrets A ouverts dans l'année qui suit la naissance, soit 10 % à peine.

Selon la direction du groupe, l'objectif est d'utiliser le nouveau service de tirelire électronique pour inciter à l'ouverture de 10 000 livrets A supplémentaires dès 2016, soit un total de 90 000 livrets A « naissance ». Au-delà de l'encours supplémentaire qui sera généré, jugé assez modeste (environ 15 millions d'euros), la banque mise surtout sur ce dispositif pour fidéliser une nouvelle clientèle dès le berceau.

Vers un élargissement à d'autres produits d'épargne ?

Sous réserve du succès qui sera rencontré par le « Livret À connecter », la Caisse d'Épargne a déjà annoncé son intention de généraliser le principe de la tirelire connectée et de la relier à d'autres produits d'épargne, comme par exemple le livret Jeune ou encore le livret B (le compte d'épargne fiscalisé et non réglementé de l'établissement).

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

5/5 - 1 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆