Négociez les frais sur votre assurance-vie !

Comme la plupart des placements, un contrat d'assurance-vie comporte des frais de dossier, de versements, de gestion, d'arbitrage, de transfert, de sortie... Certains d'entre eux sont plus facilement négociables que d'autres : suivez le guide !

  • Publié le 19/04/2012 (mis à jour le 15/11/2018)
  • Écrit par
Les frais sur une assurance-vie
Gardez en tête que votre capacité à négocier certains frais sur votre assurance-vie est tributaire de la nature de ces derniers, mais aussi de votre profil d'investisseur et du montant de vos placements.

Même s'ils ne doivent pas motiver à eux seuls le choix final du contrat, les frais appliqués à une assurance-vie sont très loin de constituer un point de détail, surtout pour un épargnant qui cherche à optimiser le rendement d'un capital durement acquis.

À découvrir : notre comparatif des assurances-vie de nos partenaires

Alors même que les fonds garantis en euros affichent, année après année, des rendements toujours plus modestes, même un petit pourcentage de différence sur les frais d'entrée ou les frais de gestion peut avoir un impact dévastateur sur la rémunération nette de l'épargne, qui mettra parfois de nombreuses années avant de rattraper celle… du livret A !

Ci-dessous toutes les clés pour comprendre et minorer - voire éviter - les frais liés à une assurance-vie.

Les frais de dossier ou de souscription

Comme pour un certain nombre d'autres prestations complexes proposées par les banques ou les assurances (souscription d'un crédit immobilier, transfert d'un compte épargne...), l'ouverture d'un nouveau contrat d'assurance-vie peut se traduire par le paiement de frais de dossier. Ces derniers, lorsqu'ils existent, sont supposés rémunérer le traitement du dossier par l'assureur et prendront le plus souvent la forme d'une somme forfaitaire (par exemple 50 €), à régler par chèque ou virement au moment de la signature.

Ces frais sont assez peu répandus et restent, en tout état de cause, très facilement négociables, notamment si l'assuré met sur la table un premier versement conséquent. Mieux encore : dans le cadre d'offres promotionnelles, de nombreux contrats d'assurance-vie font le choix inverse de verser un bonus de bienvenue au moment du premier versement de l'assuré, sous réserve de respecter certaines conditions (offres du type « 80 € offerts pour toute souscription avant le », etc.).

Les frais d'entrée ou de versement

Le montant des frais d'entrée, également appelés « frais sur versement » chez certains assureurs, doit constituer un important facteur discriminant dans le choix de votre futur contrat. Il s'agit d'un pourcentage prélevé automatiquement sur chaque nouveau versement sur son assurance-vie réalisé par l'assuré, et qui viendra donc s'imputer sur le capital net investi. Si, par exemple, le contrat d'assurance-vie prévoit des frais d'entrée élevés de 5 %, un versement de 1 000 € sur un fonds en euros se traduira par un dépôt net de 950 € seulement. Dans le contexte actuel, qui se caractérise par un rendement faible des fonds en euros (entre 2 et 3 % en moyenne), cet épargnant mal conseillé devra donc attendre plusieurs années uniquement pour récupérer sa mise initiale !

Des frais sur versement de 3 % environ constituent aujourd'hui le maximum raisonnablement acceptable, et ce uniquement si les fonds proposent en contrepartie des rémunérations très performantes. Il est même recommandé, si possible, de viser encore bien plus bas et de ne pas dépasser 1 %, voire de se laisser séduire par l'un des nombreux contrats en ligne qui proposent désormais des frais d'entrée à 0 % (BforBank Vie, Bourse Direct Vie, Boursorama Vie, Fortuneo Vie...).

Les frais de gestion

Les frais de gestion, à la différence des frais sur versement, sont pratiqués par l'intégralité des assureurs. Ce pourcentage s'impute chaque année sur le montant total investi (montants versés et intérêts) et sert à rémunérer l'assureur en charge de la gestion du contrat. Généralement compris entre 0 et 1 %, avec des montants qui peuvent différer au sein d'un même contrat pour les fonds en euros et les fonds en unités de compte, les frais de gestion restent relativement indolores dans la mesure où ils sont déjà déduits lorsque l'assureur annonce le rendement net annuel. Sur le long terme, ils constituent pourtant la facture la plus lourde, puisqu'ils sont prélevés chaque année sur un montant épargné de plus en plus important.

On considère aujourd'hui que les frais de gestion sont performants lorsqu'ils sont inférieurs ou égaux à 0,60 % par an, pour un fonds en euros ; à 0,90 % pour un fonds en unités de compte. Plusieurs contrats proposent même 0 % de frais de gestion sur leurs fonds en unités de compte (Assur Horizons, Axa Capital Ressources, Ideavie, Invest4life…), ce qui n'empêche pas certains frais cachés sur ce type de support.

Les frais d'arbitrage

Le détenteur d'une assurance-vie multisupport peut avoir à régler des frais spécifiques lorsqu'il décide d'arbitrer une partie de son épargne, c'est-à-dire lorsqu'il veut transférer une partie du capital initialement investi dans un fonds en euros vers un fonds en unités de compte, ou inversement. Certains assureurs réclameront alors des frais proportionnels au montant de l'arbitrage (1 % constituant le maximum raisonnable), ou dans certains cas une somme forfaitaire (15 € en moyenne). Les sommes à débourser, de ce fait, seront plus ou moins lourdes selon que l'épargnant a un profil passif ou très actif.

Il n'est plus difficile désormais de dénicher un contrat avantageux en ce qui concerne les frais d'arbitrage. La norme, chez les assureurs, est bien souvent de proposer un certain nombre d'arbitrages gratuits par an (entre 1 et 3). Un épargnant intelligent et organisé peut donc limiter ou regrouper ses arbitrages, et éviter ainsi toute pénalité.

Les frais de transfert

Les frais de transfert sont rares. À noter cependant qu'une loi du 26 juillet 2005 introduit un dispositif connu sous le nom de « transfert Fourgous », qui permet au détenteur d'un contrat monosupport (constitué d'un simple fonds en euros) de le transformer en un nouveau contrat multisupport (fonds en euros et unités de compte), auprès du même assureur et sans perte de l'antériorité fiscale de l'assurance-vie. La seule condition est d'investir, à l'issue du transfert, au moins 20 % du contrat dans des unités de compte.

La procédure, du point de vue de l'assureur, s'apparente à la fermeture d'un ancien contrat et à l'ouverture d'une nouvelle assurance-vie, ce qui peut donc justifier l'application de « frais de transfert ». Il s'agit d'une simple variante des frais de dossier appliqués à la souscription d'un nouveau contrat, et l'assuré ne doit donc pas hésiter à négocier ce point avec son conseiller lors du rendez-vous.

Les frais de sortie

Lorsque l'assuré choisit de clôturer son contrat de manière anticipée et avant son échéance naturelle (huit ans), la loi autorise l'assureur à pratiquer des « frais de sortie ». Ces derniers sont plafonnés à un montant maximal de 5 %, soit une somme potentiellement considérable.

Toutefois, et dans les faits, la pratique est tombée en désuétude et ces frais ne sont plus appliqués que de manière rarissime.

Les frais « cachés » des unités de compte

La plupart des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) accessibles via des fonds en unités de compte, qu'il s'agisse de SICAV ou de fonds communs de placement (FCP), pratiquent eux-mêmes des frais d'entrée et de gestion. Si les frais d'entrée sont normalement intégrés dans ceux de l'assureur lui-même, il n'en va pas de même pour les frais de gestion, lesquels sont susceptibles de s'ajouter à ceux du contrat d'assurance-vie et doivent donc retenir toute votre attention. Par exemple, un investissement dans un OPCVM soumis à des frais de gestion de 0,25 %, à l'intérieur d'un fonds en unités de compte soumis à des frais de gestion de 0,50 %, se traduira par un prélèvement annuel total de 0,75 %. D'où l'intérêt des assurances-vie proposant des fonds en unités de compte à 0 % de frais de gestion.

Les différents OPCVM disponibles dans un même fonds en unités de compte pratiquent d'ailleurs très souvent des frais variables : plus votre contrat multisupport contiendra un grand nombre de ces fonds, et plus il vous sera facile de sélectionner les plus compétitifs.

Comparatif des frais sur les assurances-vie : net avantage aux banques en ligne

En règle générale, il est à noter que les établissements bancaires 100 % en ligne proposent des grilles tarifaires bien plus compétitives que celles des banques traditionnelles. En effet, pour la plupart des banques en ligne, les frais sur versement et frais d'arbitrage sont nuls quand les frais de gestion sont particulièrement bon marché. Ci-après figure le montant des frais tels que pratiqués par certaines banques en ligne, valides au 1er janvier 2015.

Banque
en ligne
Dépôt min. à
l'ouverture
Frais sur versement Frais de gestion
Fonds en euros
Frais de gestion
Fonds en unités de compte
Frais sur arbitrage
Logo de Fortuneo 100 € 0 % 0,60 % 0,75 % Gratuit
Logo de Boursorama Banque à partir de 300 € 0 % de 0,60 %
à 0,70 %
0,85 % Gratuit
Logo de Monabanq à partir de 500 € 0 % de 0,60 %
à 0,75 %
de 0,80 %
à 1,20 %
Gratuit
Logo d'ING Direct 1 000 € 0 % 0,60 % de 0,85 %
à 0,95 %
Gratuit
Logo de BforBank 2 000 € 0 % de 0,60 %
à 0,70 %
0,85 % Gratuit

Négociez ces frais !

A contrario des frais d'entrée, de versement et d'arbitrage qui demeurent aisément négociables selon votre profil et le montant de vos investissements, sachez qu'il vous sera en revanche très difficile de négocier auprès de votre assureur les frais de gestion applicables à votre placement.

13 commentaires - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

grau  -  Le 30 juillet 2014 à 19h01

votre article est très bien conçu toutefois il n'est pas mentionné les 3000 euros que ce prennent les banques lors de la succession. Il s'avère que je viens d'en faire les frais auprès des banques le Crédit Agricole et la banque postale qui se les ponctionnent à la base (c'est à dire avant de transmettre les sommes à la fiscalité). C'est un "détail" qui n'est précisé nulle part et oublier de nos chers conseillers financiers.

ronsin  -  Le 3 janvier 2015 à 21h01

j'aimerai connaître les frais pour transférer une assurance vie d'une banque à une autre.
Merci pour une réponse.

JeChange  -  Le 9 janvier 2015 à 11h35

Bonjour,
 
Les contrats d’assurances vie ne sont pas transférables, nous ne vous conseillons pas de les fermer non plus pour en ouvrir de nouveaux dans votre nouvelle banque, vous perdriez alors le bénéfice de l’antériorité fiscale de vos contrats et, selon leur date d’ouverture, peut être bien plus…
 
N'hésitez pas à ce sujet à consulter notre guide consacré à la fiscalité de l'assurance vie.
 
Cordialement, 

GAUTIER  -  Le 6 mars 2015 à 08h27

mon père a souscrit une assurance vie ( MDM Initaitives de MMA) qui a plus de 8 ans, il est décédè et ma mère a demandé le transfert de cette assurance sur la sienne ( MGF RET de MMA)
l’a mutuelle lui fait remplir un document »demande d’operation sur contrat épargne » dans lequel il est mentionné le montant du versement de l’assurance de mon père et des frais d’entrée de 1,5%

est ce normal? c’est juste un transfert d’un compte ( dont le contrat prend fin suite au décès) à l’autre et pas un nouveau contrat

merci pour vos explications et peut on faire annuler ces frais?

JeChange  -  Le 12 mars 2015 à 11h36

Bonjour,
 
S'il y avait eu co-adhésion avec dénouement au 2ème décès (montage patrimonial pour répondre à des besoins spécifiques), alors le contrat aurait pu continuer au nom de votre mère et garder son antériorité fiscale. 
 
Dans le cas le plus courant d'une adhésion individuelle, le contrat se termine avec le décès de l'assuré.
Votre mère choisissant de verser les sommes dont elle a bénéficié sur son assurance-vie, il s'agit d'un nouveau versement, et, contrairement aux banques en ligne qui ne prennent en général aucun frais sur cette opération, les assureurs traditionnels appliquent  communément de 3 à 5 % de frais sur chaque somme investie...
 
MMA semble avoir fait un geste pour conserver les capitaux dans ses lignes, car  1,5 % de frais pour un assureur traditionnel c'est plutôt  bien placé ( ils seront vraisemblablement amortis dès la première année, avec des rémunérations de l'ordre de 3 % sur les fonds euros).
 
N'espérez pas les annuler mais en faisant jouer la concurrence (banques en ligne), et selon les montants en jeu, peut-être pourrez vous encore gagner un peu.
 
Cordialement,

lechenault  -  Le 21 mars 2015 à 14h20

Suite à vos informations je constate avoir fait le bon choix avec
FORTUNEO
Par contre il précise pour les arbitrage 28 € pour les unités de compte
Pour la gestion par mandat à chaque changement de leurs part
Pouvez vous confirmé car votre site dit gratuit pour les 5 présentés

Merci beaucoup de vos informations trésor utiles.

JeChange  -  Le 26 mars 2015 à 16h19

Bonjour,
 
Que ce soit sur cet article ou sur la page dédiée à Fortuneo, nous indiquons bien que les arbitrages sont gratuits SI effectués par internet et ce, quelque soit le support (UC ou euros).
 
Si en revanche vous utilisez leur formulaire papier en ligne et leur envoyez par courrier, il vous en coûtera 28 € de frais.
 
Cordialement,

Sebastien  -  Le 5 avril 2015 à 13h19

Bonjour,
Voilà mon père est décédé il y a 2 ans et je vient d'apprendre qu'il avait une assurance vie. Et je vient de recevoir un papier qui me dise que je doit recevoir 86€ de cette somme je trouve ça un peu bizarre cette somme est-ce que quelqu'un connait les assurances comment ça marche si ces normale cet somme en sachant que je suis le seule bénéficiaire. Merci si quelqu'un peut me renseigner

JeChange  -  Le 15 avril 2015 à 14h21

Bonjour,
 
L'assurance-vie étant un outil idéal pour transmettre son patrimoine, il est vrai que l'on peut s'attendre, lorsqu'on en est bénéficiaire, à recevoir des sommes importantes...
 
Toutefois si votre père avait ouvert un contrat avec le minimum, sans jamais plus y verser, il se peut tout à fait qu'il n'y ait que 86 euros…
 
Cordialement,

champetier  -  Le 23 avril 2015 à 18h27

Bonjour,
Ma mère avait souscrit une assurance-vie GMO à la banque postale en 1999. Suite à son décès en novembre, je n'ai reçu aucun document de clôture de la part de cet organisme. Il parait qu'il y a eu une régularisation des prélèvements sociaux pour plusieurs milliers d'euros. Il parait qu'il va y avoir aussi une retenue de 4% sur le capital versé sur mon compte en banque. Tout cela est-il normal ?
Merci d'avance pour votre réponse.

JeChange  -  Le 15 mai 2015 à 11h42

Bonjour,
 
Nous vous recommandons la lecture du guide consacré à la fiscalité de l'assurance-vie ainsi que celui consacré aux clauses bénéficiaires de l'assurance-vie, notamment le paragraphe relatif aux contrat en déshérence.
 
Les assureurs ne contactent pas systématiquement les bénéficiaires, ils attendent que ceux -ci se manifestent et ce sont d'ailleurs souvent ces derniers qui les informent du décès de leur client… 
 
La régularisation des prélèvements sociaux est normale, elle vise à taxer (taux en vigueur 15,5%) les plus-values réalisées pour l'année en cours si les sommes proviennent d'un fonds en euros, ou depuis son origine si les sommes proviennent d'un fonds en unités de compte.
Les prélèvements sociaux ne s'appliquent que sur la plus-value, et viennent ainsi minorer la rentabilité de l'épargne, ils ne s'appliquent pas sur le capital .
 
Il ne devrait pas y avoir d'autres retenues de l'assureur ( demandez des précisions sur ces 4 % ), le reste des sommes vous est transmis hors droits de succession jusqu'à 152 500 euros pour les versements effectués avant 70 ans, 30 500 euros pour les versements effectués après 70 ans.
Si ces plafonds sont dépassés, c'est le fisc qui vous imposera selon les barèmes indiqués dans le guide sur la fiscalité que nous vous avons indiqué ci-dessus.
 
Cordialement,

christian marlin  -  Le 20 décembre 2015 à 18h06

Il est coutumier d'écrire que les contrat d'épargne assurance-vie ne sont pas transférable, pourtant il existe de nombreuses exception.
En particulier, Le contrat d'assurance-vie PEP et le PEP bancaire sont transférables.
Cela mériterait un article !

JeChange  -  Le 21 décembre 2015 à 17h26

Bonjour,
 
Vous avez raison les PEP (produits qui ne sont plus commercialisés)  Assurance-vies et Bancaires sont transférables vers un autre établissement. Cette capacité est due à une disposition du code monétaire et financier qui définit le cadre du PEP.
Un PEP Assurance-vie n'est pas une assurance-vie, cela reste un PEP, avec la fiscalité avantageuse de l’assurance-vie...
 
Cordialement,

Cette page vous a-t-elle été utile ?

3,2/5 - 5 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆