6 choses à savoir sur votre abonnement au gaz !

Si vous emménagez dans un nouveau logement, vous devrez nécessairement savoir comment s'abonner au gaz. Pour ce faire, vous pouvez souscrire auprès de deux types de fournisseurs : historique ou alternatif. Zoom sur les critères à retenir pour une souscription en toute tranquillité...

#1. Comment est fixé le prix du gaz naturel ?

Si le prix d'un abonnement demeure invariable, celui du kilowattheure découle de la quantité d'énergie utilisée par le consommateur. Le coût du gaz naturel dépend ainsi d'un certain nombre de points clés à prendre en compte...

Le prix du kilowattheure peut être soit fixé mensuellement par l'état via le fournisseur historique, on parle dans ce cas de "tarif réglementé", soit fixé librement.

Le prix du gaz naturel varie également selon les différentes zones tarifaires. On dénombre six de ces zones en France, numérotées de 1 à 6 (cette dernière étant la plus onéreuse, soit près de 7% plus chère que la zone 1). Elles permettent de départager les communes selon leur éloignement plus ou moins conséquent des centres stockant le gaz naturel et, de fait, selon le coût inhérent à son acheminement. Les grandes agglomérations situées à proximité du réseau de transport du gaz bénéficient de tarifs moins élevés, tandis que les communes plus éloignées doivent faire les frais des surcoûts d'un raccordement et d'une distribution du gaz plus complexe à mettre en œuvre.

Les sites web des fournisseurs de gaz vous permettent de connaître votre zone tarifaire en renseignant le nom de la ville où vous résidez ou votre code postal. Sachez toutefois que ce système d'attribution de tarifs par zone ne concerne que les foyers utilisant le gaz à des fins de chauffage et, de fait, consommant plus de 6000 kWh de gaz naturel par an.

Le prix du gaz naturel varie, enfin, selon les options tarifaires. Il s'agit de 4 classes de consommation réparties selon cet ordre : la classe de base (de 1 à 6000 kWh de gaz annuel) pour la cuisson exclusive, la classe B0 (de 1 001 à 6 000 kWh) pour la cuisson et l'eau réchauffée à des fins domestiques, la classe B1 (de 6 001 à 30 000 kWh) pour le chauffage individuel (ainsi que la cuisson et/ou l'eau chaude) et la classe B2i (de 30 001 à 150 000 kWh) qui s'adresse aux petites chaufferies des copropriétés.

#2. Comment sont fixés le prix du gaz de ville et le prix du kWh ?

Le coût du gaz naturel repose sur trois éléments clés : le transport du gaz naturel, la fourniture d'énergie, les diverses taxes et contributions.

Le transport du gaz naturel représente 51 % du coût total du gaz de ville. Il est basé sur des frais infrastructurels liés à l'usage des réseaux d'acheminement, de stockage et de distribution du gaz. Il s'agit d'un tarif régulé par l'état sur les conseils de la commission de régulation de l'énergie et qui est reversé par le fournisseur aux gestionnaires. Il est réévalué chaque premier juillet de l'année selon une formule tarifaire.

La fourniture d'énergie représente 28 % du coût total du gaz de ville. Elle inclut aussi bien les coûts d'approvisionnement en gaz naturel, que ceux de gestion commerciale des abonnés (factures, contrats…). Il s'agit du seul élément facturé faisant l'objet d'une concurrence entre les divers fournisseurs. Il peut donc varier considérablement d'un prestataire à l'autre.

Les taxes et contributions, quant à eux, représentent 21 % du coût total du gaz de ville. Ils comprennent la TVA (soit plus de 5 % du coût de l'abonnement), la Contribution Tarifaire d'Acheminement ou CTA (soit 1/5ème du montant des consommations, cette contribution permettant de financer les droits relatifs à l'assurance vieillesse des employés de l'industrie du gaz), ainsi que la Taxe Intérieure de Consommation du Gaz Naturel ou TICGN (perçue pour le compte des Douanes, puis intégrée au budget de l'État, elle comprend la contribution biométhane, de même que la CTSSG (contribution au tarif spécial de solidarité gaz).

Le prix du kWh peut être quant à lui fixé par l'État chaque mois au travers des tarifs réglementés proposés par Engie, soit librement fixé par chaque fournisseur alternatif (notamment Direct Énergie, Eni…) ainsi que par Engie, qui propose aussi des offres au prix du marché. L'option tarifaire choisie par le client et la zone tarifaire dont il dépend (localisation du logement) influent aussi sur le prix du kWh.

#3. Comment souscrire un abonnement au gaz ?

Chauffage de votre foyer, cuisson, eau chaude sanitaire... C'est en se basant sur vos besoins énergétiques que vous sélectionnez librement le fournisseur de gaz naturel chez qui vous souhaitez être abonné. Après signature du contrat, c'est GRDF qui s'occupe de la distribution du gaz jusqu'à votre logement.

Attention toutefois, les coûts d'abonnement sont différents selon que vous souscrivez un contrat chez Eni, chez EDF gaz, chez Engie (anciennement GDF) ou encore chez Direct Energie.

Rien de plus simple que la souscription d'un abonnement au gaz auprès d'un fournisseur ! Pour ce faire, vous n'avez qu'à vous rendre sur un comparateur d'offres en ligne et renseigner toutes les informations nécessaires à l'évaluation de vos besoins (surface et âge de votre logement, type de consommation énergétique...). Ensuite, il ne vous reste plus qu'à sélectionner le fournisseur de gaz naturel qui vous convient.

À partir du moment et où vous avez fait votre sélection, vous n'avez plus qu'à téléphoner au fournisseur de gaz de votre choix. Pour souscrire au gaz naturel en ville, vous devrez cependant fournir un certain nombre d'informations et de justificatifs : votre adresse, le nom de l'ancien locataire ou propriétaire du logement, la relève précise de votre compteur de gaz, vos besoins énergétiques (cuisson, chauffage...), le numéro de PCE (Point de Comptage et d'Estimation), ainsi qu'un RIB, si vous optez pour un paiement par prélèvement automatique.

Cette souscription, chez n'importe quel fournisseur, est toujours sans durée d'engagement et totalement gratuite. Il en va de même pour la résiliation et la migration vers un nouveau fournisseur (qui se charge d'ailleurs lui-même de cette résiliation).

#4. Qui s'occupe de la mise en service du gaz ?

Après souscription chez un fournisseur, ce dernier contacte GRDF (Gaz Réseau Distribution France), filiale d'Engie et principal distributeur de gaz naturel sur le territoire français, qui effectuera la mise en service de votre compteur de gaz.

À noter : la demande de raccordement sans intermédiaire auprès de GRDF peut se faire uniquement dans le cas d'une maison neuve n'ayant jamais été raccordée au gaz naturel. Le gestionnaire vous communique alors un devis (certains frais d'installation étant à votre charge) après réception et étude d'un dossier que vous lui avez adressé.

Suite au paiement d'un acompte de 50% du montant de l'offre, le raccordement se fait en deux temps : l'ouverture sur le domaine public avec terrassement de la chaussée, puis le branchement au réseau de gaz naturel. Tous les détails de la démarche à suivre sont consultables sur le site officiel de GRDF (https://www.grdf.fr).

#5. Quel est le prix pour la mise en service d'un compteur de gaz ?

Les frais de mise en service d'un compteur de gaz sont similaires d'un fournisseur à l'autre. Ces prix sont fixés par GRDF, le gestionnaire de réseau de distribution du gaz naturel qui se charge de l'ouverture de votre compteur, procédure analogue à celle de la mise en service d'un compteur électrique.

Le prix d'une mise en service d'un compteur de gaz dépend de 4 types de situations distinctes : première mise en service, mise en service standard, mise en service express ou mise en service urgente.

La première mise en service (sous 5 jours) coûte environ 20 euros (additionnels au coût du raccordement qui s'élève à plusieurs centaines d'euros). La mise en service standard (sous 5 jours) coûte elle aussi environ 20 euros. La mise en service express (sous 48 heures) coûte environ 60 euros. La mise en service urgente (sous 24 heures) coûte environ 150 euros.

À noter : les techniciens sont fortement sollicités l'été, saison durant laquelle les déménagements connaissent une forte augmentation. Contactez donc votre technicien 14 jours à l'avance afin de garantir l'ouverture de votre compteur dans les meilleurs délais.

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

5/5 - 1 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆