L’UE prévoit des nouvelles taxes sur l’énergie pour lutter contre le changement climatique

Lors d'une réunion tenue le vendredi 13 septembre dernier à Helsinki, les pays de l'Union européenne (UE) ont examiné les objectifs de la lutte contre le changement climatique. La création de nouvelles taxes sur l’énergie serait l’une des mesures prévues pour réduire les émissions de carbone.

  • Publié le
  • Écrit par

Bien que le système imposé par l’UE pour réduire les gaz à effet de serre soit l’un des plus importants connus à ce jour, les règles fiscales en vigueur n’ont pas changé depuis 15 ans.

Les principaux représentants des pays membres affirment qu’en raison de règles obsolètes, la lutte contre le changement climatique ne peut pas avancer comme ils le souhaiteraient.

L’Allemagne appelle à prendre des « mesures drastiques »

Selon un document remis aux différents ministres des Finances présents à la réunion d’Helsinki, les règles fiscales actuelles sont dépassées et mal adaptées aux différents défis du changement climatique et à l’évolution de la politique énergétique au niveau de l’Union européenne.

Après une discussion qui a duré de longues heures, les représentants de chaque pays membre ont donné leur point de vue. Au cœur de la discussion : la création éventuelle de nouvelles taxes sur l’énergie.

Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, a déclaré pour sa part que, pour lutter contre le changement climatique, des mesures drastiques devaient être prises. Dans ce contexte, Scholz a plaidé pour une approche internationale sur le sujet et a rappelé que l’UE s’était engagée dans un processus visant à trouver des moyens pour limiter la consommation de CO2 dans l’agriculture, les petites entreprises et les transports.

De son côté, le commissaire chargé de l’euro, Valdis Dombrovskis, a déclaré qu’une « taxe carbone » et une « remise à plat de la fiscalité sur l’énergie » faisaient partie des mesures envisageables à court terme.

Au cours de la réunion, la Finlande a également présenté un document qui évoque une augmentation du taux de taxation minimal sur l’énergie, des taxes sur les combustibles fossiles et la fin des exonérations fiscales accordées aux secteurs des transports aériens et maritimes.

Il convient de rappeler que l’UE maintient d’ambitieux objectifs visant à réduire les émissions de carbone d’au moins 50% d’ici 2030. Ces objectifs et les mesures visant à les atteindre sont inscrits dans l’agenda de la nouvelle Commission européenne, qui prendra ses fonctions le 1er novembre de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

5/5 - 4 avis