Les Français n’ont pas consommé plus d’énergie pendant le confinement

Confinés à leur domicile en raison de l’épidémie de Covid-19, les Français ont-ils vu grimper leurs factures d’énergie depuis la mi-mars ? La réponse est non.

Les consommations d’énergie sont en effet restées stables sur les deux mois de confinement, et ont même parfois baissé !

  • Publié le

On s’attendait à une augmentation des dépenses en électricité et en gaz durant cette période de confinement liée au Covid-19, il n’en fut rien.

Contre toute attente, les fournisseurs d’énergie indiquent que les Français n’ont pas consommé plus sur cette période inédite.

Comment expliquer cette stabilité, voire parfois les baisses de consommation énergétique ? Réponses.

Une consommation d’énergie stable contre toute attente

Après deux mois de confinement pour éviter la propagation de l’épidémie de coronavirus, l’heure est au bilan. Et la surprise est au rendez-vous.

Alors que l’on s’attendait à une augmentation significative de la consommation énergétique des ménages français, force est de constater que cela n’a pas été le cas.

La consommation d’électricité est restée relativement stable selon le Ministère de la Transition écologique, alors que celle de gaz a baissé de 7 % en moyenne.

Pour cette dernière l’explication tient essentiellement à la fermeture des commerces non essentiels (bars, restaurants, fast-foods, etc.).

Le télétravail a-t-il fait flamber les factures d’électricité ?

Non, si l’isolation thermique des logements est un facteur décisif sur la consommation d’électricité des ménages, en revanche l’impact du télétravail mis en place par de nombreuses entreprises françaises n’a pas été déterminant.

Pour quelles raisons ? Tout simplement parce que l’utilisation d’Internet ne pèse pas très lourd dans la consommation d’électricité, le Wi-Fi restant peu gourmand en énergie.

Paradoxalement l’impact du télétravail sur la consommation d’énergie s’est davantage fait ressentir au niveau de l’usage des appareils de cuisson (four, plaques à induction, bouilloires et autres micro-ondes).

Et pour cause :  contraints de rester à leur domicile pour travailler les Français ont dû cuisiner chez eux.

Enfin, côté loisirs notez que le ralentissement mis en œuvre volontairement sur les plateformes de vidéos à la demande a entraîné une baisse significative des débits nécessaires.

Regroupements familiaux et baisse de la consommation

Conséquence indirecte du confinement, les regroupements familiaux ont également permit de réaliser des économies d’énergie substantielles.

Cette catégorie de personnes représente environ 27 % des foyers français, lesquels ont pu diminuer leur consommation d’énergie d’environ 20 %.

Attention quand même, le tableau est loin d’être homogène. Si certains foyers ont réduit massivement leurs consommations d’autres, en revanche, les ont au contraire considérablement augmenté.

Ainsi, on observe que sur la période de confinement 5 foyers sur 100 enregistrent une hausse de 60 % de leur consommation d’énergie ! Une disparité qui s’explique notamment par le départ vers les résidences secondaires.

En clair, les appartements citadins désertés n’enregistrent quasiment plus de consommations dès le début du confinement, alors que celles des maisons secondaires enregistre logiquement une hausse très significative dès l’arrivée de leurs propriétaires.

Pas de surconsommation de chauffage 

L’étude de cette période permet également d’observer que les Français n’ont pas consommé davantage en chauffage.

Quelle conclusion en tirer ? Si les ménages ne consomment pas plus lorsqu’ils restent chez eux, cela signifie qu’ils consommaient plus que de besoin avant le confinement.

Cette stabilité de la consommation d’énergie montre que nous sommes encore trop nombreux à utiliser le chauffage de la même façon tout au long de la semaine, même lorsque l’on reste peu de temps chez soi.

L’usage de programmateurs et autres dispositifs de régulation apparait ainsi, et plus que jamais, comme une solution pour consommer moins à l’avenir et réduire d’autant sa facture d’électricité et de gaz.

Des préoccupations écologiques qui ont joué leur rôle

Au côté des différents facteurs cités plus haut, la fibre écologique des Français a également eu son rôle dans la consommation d’énergie particulièrement stable durant le confinement.

Si la consommation n’est pas montée en flèche c’est en effet aussi parce que les Français ont veillé à éteindre leurs appareils (ordinateurs, télé, etc) ainsi que les lumières inutiles dans le but de contrôler leur consommation et leurs factures bien sûr, mais aussi dans un souci écologique, surtout en cette période de transition énergétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4/5 - 89 avis