Angleterre : une loi sur le prix de l’énergie ?

La "Draft Energy Bill", la proposition de loi sur l'Energie fait actuellement couler beaucoup d'encre chez nos voisins anglais. En réponse à l'explosion des tarifs de l'énergie électrique et gazière, Downing Street a annoncé une loi obligeant entre-autres les fournisseurs d'énergie à revoir leurs tarifs à la baisse. Une mesure tombant à point nommé au moment où la plupart des ménages subissent de plein fouet les mesures d'austérité gouvernementales.

Le spectre de pénuries électriques

Durant les 10 prochaines années les Anglais risquent de voir leur capacité de production énergétique diminuer d'un quart avec la fermeture des centrales nucléaires les plus vétustes et de certaines, au charbon. A l'horizon 2050, les Anglais prévoient une demande électrique doublée par suite de l'électrification des transports et des installations de chauffage. L'OFGEM équivalent de la CRE en France, avait déjà alerté les autorités sur le manque de transparence des tarifs, peu aptes à favoriser la concurrence, et sur la hausse spectaculaire des marges des entreprises énergétiques, secteur entièrement privatisé sous le contrôle unique de 6 grandes entreprises anglaises et allemandes.

Une situation au regard de l'énergie qui mérite éclaircissements

A l'instar de l'augmentation des prix EDF en France, la hausse de 13 % depuis un an du prix de l'énergie pour les particuliers fait des vagues au Royaume-Uni. Parallèlement à cela, les grilles tarifaires peu explicites font l'objet de critiques affichant des hausses chez tous les principaux groupes énergétiques bien supérieures à l'inflation. Une inflation risquant fort d'être relancée après qu'elle ait atteint depuis 3 ans, son plus bas niveau en septembre.

La loi sur l'énergie : un défi à l'horizon 2050

La prochaine loi sur l'énergie en Grande -Bretagne a un quadruple objectif :

Il s'agira de sécuriser l'offre, de veiller à offrir des tarifs abordables aux millions d'usagers britanniques, ménages et entreprises confondus, de parvenir à la réduction des émissions de carbone, des gaz à effet de serre conformément aux objectifs fixés à 80% d'ici 2050 tout en favorisant le développement des énergies renouvelables pour la production électrique à hauteur de 30% d'ici 2020.

D'un point de vue sécuritaire, le Royaume-Uni sera contraint dans les prochaines années de moderniser son réseau, de remplacer certaines centrales pour répondre à une demande toujours plus importante en énergie.

Jusqu'à présent David Cameron n'a guère fourni de détails sur la teneur réelle du projet, sa mise en place ou sur le mode de calcul des tarifs. Ces éclaircissements devraient être prochainement révélés dans la Charte de l'Energie prête à être publiée.

D'ores et déjà, les ministres ont encouragé les consommateurs à se tourner vers les meilleures offres et ont annoncé des mesures en cours de réflexion pour contraindre les entreprises à baisser leurs tarifs le plus bas possible. A ce titre il a été demandé aux groupes énergétiques quelle était leur limite en la matière mais seuls quelques uns sont en mesure de proposer des solutions satisfaisantes.

En conclusion

La question se pose de savoir si pratiquer les prix les plus bas dans un marché non concurrentiel est une bonne solution pour les usagers. La réponse résidant plutôt dans une refonte complète du marché de l'énergie pour casser la suprématie des 6 grandes compagnies énergétiques régnant actuellement au Royaume-Uni. Source : David Cameron vows to crackdown on rip-off energy tariffs

Votre énergie moins chère !

Êtes-vous sûr de payer le bon prix pour l'électricité et le gaz ?
JeChange compare les offres du marché pour vous dénicher le tarif le plus compétitif selon votre consommation.
N'attendez plus, comparez et faites des économies !

Je compare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette page vous a-t-elle été utile ?

3.8/5 - 5 avis