L’inflation de 2018 est bénéfique pour les emprunteurs

Le mot inflation vous effraie ? C’est normal : synonyme de baisse de la valeur de l’argent, elle entraîne souvent avec elle la diminution du pouvoir d’achat des consommateurs. Pourtant, elle peut profiter en cas de situation exceptionnelle, à tous ceux qui ont souscrit des crédits immobiliers lorsque leurs taux sont bas : comme c’est le cas en 2018…

Une jeune femme écrit le mot « Inflation » sur un tableau noir

En 2018, les taux d'intérêt des crédits immobiliers ont rejoint le seuil record et exceptionnellement bas des taux pratiqués en 2016. La plupart d'entre eux ont tourné et tournent encore en effet autour de 1,30 à 1,80% selon la durée du prêt. En parallèle, l'inflation des prix en France a augmenté de 1,8%. Du jamais vu depuis 2012, selon l'Insee.

Parce qu'elle signifie la baisse de la valeur d'une monnaie, l'inflation a des conséquences directes sur le pouvoir d'achat des Français. Il baisse lorsque les salaires stagnent mais que les prix des biens et des services augmentent.

Peu d'entre nous le savent mais elle peut cependant profiter à ceux qui ont déjà souscrit des crédits immobiliers et qui bénéficient, comme c'est le cas en ce moment, de taux d'intérêt très bas.

L'inflation fait baisser en effet la valeur réelle d'un prêt. Et lorsque les salaires sont revus à la hausse à cause de l'inflation, notamment le Smic, que les taux d'intérêt sont bas et que la valeur du prêt est entamée, la capacité de remboursement des emprunteurs s'améliore.

Le moment idéal pour souscrire un rachat de crédit

C'est donc le bon moment pour souscrire un crédit immobilier et une assurance emprunteur mais aussi pourquoi pas, pour négocier un rachat de crédits. Le regroupement de crédits permet de fusionner toutes ses dettes en une seule et d'alléger ainsi ses mensualités de remboursement.

Toutefois, certains publics doivent malgré tout rester vigilants. Les fonctionnaires et les petits épargnants sont les plus fragiles. Les agents de la fonction publique sont aujourd'hui les bons perdants de l'inflation. Leurs rémunérations sont effectivement gelées jusqu'à la fin de l'année 2019. Quant aux épargnants, ils sont en difficulté car les taux d'intérêts des livrets d'épargne réglementée sont bloqués jusqu'en 2020, tout comme le taux du livret A, du livret d'épargne populaire (LEP) et du livret développement durable (LDD). Les salariés du privé eux, sont un peu plus protégés, car leurs salaires peuvent être revus à la hausse.

0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Soyez le premier à noter !

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆