Fécondation in vitro (FIV) : comment ça marche et combien ça coûte ?

Qu'est-ce que la fécondation in vitro, comment ça marche ? La FIV peut avoir un coût, comment la financer ? Suivez le guide !

  • Publié le

Qu’est-ce que la fécondation in vitro ?

La fécondation in vitro, ou FIV, est en opposition à la fécondation « in vivo ». En d’autres termes, cela veut dire que la mise en contact des spermatozoïdes et des ovocytes se fait en dehors du corps de la femme. Elle peut être réalisée avec les gamètes du couple qui désire en faire la procédure ou bien ceux d’un donneur. Le but est de concevoir un enfant grâce à la procréation médicalement assistée.

Comme tout projet, cela a un coût. Dans quelle mesure ? CréditUnique vous en dit plus.

Financez votre projet grâce au rachat de crédit !

Vous avez déjà plusieurs crédits en cours et de nouveaux projets en tête ?
Regroupez vos crédits et bénéficiez d’une seule mensualité !

Techniquement, comment marche la FIV ?

La fécondation in vitro est donc le prélèvement d’ovocytes avant de le féconder en éprouvette. Le ou les embryons obtenus seront donc cultivés en laboratoire. Plus tard, entre 2 et 5 jours après la fécondation, il y a un transfert de l’embryon dans l’utérus. Par la suite, il y a ce qu’on appelle la phase d’implantation embryonnaire. La fécondation in vitro se déroule donc en 4 étapes majeures :

  • Phase clinique : la stimulation ovarienne
  • Phase laboratoire : prélèvement des gamètes puis mise en culture des embryons
  • Le transfert de 1 ou 2 embryons dans l’utérus
  • Si besoin, les embryons surnuméraires peuvent être congelés.
FIV

Dans quel cas la fécondation in vitro est-elle indiquée ?

La fécondation in vitro est conseillée lorsqu’il y a une indication médicale pour y recourir. De manière générale, les dossiers sont étudiés en équipe pluridisciplinaire avant de préconiser ce processus à un couple. Bien souvent, la FIV est une solution à l’infertilité. Elle peut aussi être considérée voire conseillée en cas de maladie, potentiellement transmissible à un fœtus. Par exemple, nous pouvons trouver une infertilité inexpliquée, une endométriose sévère, un trouble de l’ovulation, etc.

Les conditions pour réaliser un fécondation in vitro

En France, la loi de la bioéthique (revue en août 2021) encadre la fécondation in vitro. Cette dernière s’est assouplie afin de reconnaître plus largement le droit d’être parent. De fait, la FIV peut être endogène, réalisée avec les gamètes du couple, ou exogène, avec les gamètes d’un ou plusieurs donneurs. De plus, à ce jour, le public éligible est élargi. La procréation médicalement assistée par fécondation in vitro est tant « pour les femmes seules et les couples de femmes » que pour les couples hétérosexuels. C’est-à-dire que la PMA est ouverte à « tout couple formé d’un homme et d’une femme ou de deux femmes ou toute femme non mariée ».

En revanche, l’âge entre en ligne de compte pour la réalisation d’une fécondation in vitro. En effet, 43 ans est la limite du côté de la femme, 60 pour celle concernant l’homme. La sécurité sociale accepte jusqu’à 4 tentatives de FIV. Une cinquième tentative de fécondation in vitro est possible, mais tout comme celle que vous pourriez vouloir tenter après 43 ans, cette dernière ne sera pas prise en charge par la Sécurité Sociale.

Toutefois, le médecin va prendre en compte l’âge biologique ovarien. Autrement dit, l’âge limite légal de 43 ans n’est pas toujours le reflet de l’âge biologique de vos gamètes, et vos réussites de FIV sont donc possibles, même passé ce délai, bien que la qualité ovocytaire reste altérée.

Bien évidemment, vous verrez avec le médecin le pronostic, que ce dernier concerne votre âge, le contexte de votre couple ou bien le parcours déjà réalisé, notamment des tentatives de FIV antérieures.

La nécessité d’un dossier complet pour qu’il soit accepté

En effet, la fécondation in vitro est soumise à la condition d’un dossier complet et à jour. Il faut dès lors une sérologie des deux membres du couples, notamment pour les maladies telles que l’hépatite, la syphilis ou bien la toxoplasmose. Cette dernière doit dater de moins de trois mois. De même, tous les consentements devront être signés, et ce à chaque tentative de fécondation in vitro.

La prise en charge de la FIV par la sécurité sociale

La Sécurité Sociale prend en charge jusqu’à quatre tentatives de FIV, en termes de cycle complet. Autrement dit, un cycle se termine au transfert embryonnaire. Toute fécondation in vitro interrompue avant ce dernier n’est pas décomptée, et ce quelque soit l’étape à laquelle se trouve la procédure. Si une grossesse avec accouchement survient, le « compteur » est remis à zéro, et vous pourrez à nouveau bénéficier de quatre tentatives de fécondation in vitro. Attention, ce mécanisme n’est pas pris en compte lors de grossesses extra-utérines ou de fausses couches précoces.

Les honoraires des cliniques privées sont libres. De fait, de nombreux coûts restent à votre charge. Parmi eux, nous pouvons lister l’anesthésie, les frais d’hospitalisation ou bien le gynécologue qui pratique la ponction ou le transfert. Votre mutuelle peut parfois prendre en compte tout ou partie de ce surcoût, mais n’hésitez pas à faire la demande d’un devis pour prévenir vos frais. En effet, les tarifs de référence de la Sécurité Sociale peuvent vite être dépassés par un praticien, notamment en fonction de la région dans laquelle vous vivez.

Une prise en charge de la FIV, oui, mais sous certaines conditions !

En effet, comme nous l’avons vu, les femmes de 43 ans ou plus au jour de la ponction folliculaire ne bénéficieront pas de la prise en charge de la Sécurité Sociale.

Parmi les conditions, la prise en charge est valable pour une période de deux ans, elle doit donc être renouvelée périodiquement.

Pour vous faire rembourser une fécondation in vitro, vous devez envoyer à la Sécurité Sociale :
• Une demande de prise en charge à 100% de la FIV, soit une demande exonération du ticket modérateur.
• Une entente préalable à la pratique des actes AMP aussi bien pour les actes du clinicien que du laboratoire.

Vous l’aurez compris, la prise en charge ne concerne que les praticiens conventionnés.

La Sécurité Sociale estime le coût d’une FIV à 4100 €. Ce prix comprend notamment un traitement de stimulation hormonale, la surveillance hormonale et échographique, tout le processus biologique et l’hospitalisation.

Dans cette estimation, l’arrêt de travail n’est pas pris en compte, il en va de même pour les cycles annulés.

L’importance d’avoir une bonne mutuelle

En effet, chaque mutuelle ne rembourse pas de la même façon. Il faut vous renseigner et faire le point avant la démarche. En fonction de ce que vous propose votre assurance, un surcoût restant à votre charge peut-être très important. De plus, certains actes ne sont pas (encore) prévus par la Sécurité Sociale. Par exemple, la sélection du spermatozoïde injecté via un grossissement au microscope (IMSI). L’acte en lui-même est en moyenne aux alentours de 250 €.

Une FIV après 43 ans ?

Si vous avez plus de 43 ans ou bien que vous avez essuyé 4 échecs lors de tentatives de FIV (quel que soit votre âge), la fécondation in vitro est totalement à la charge du demandeur, car la prise en charge de la Sécurité Sociale est suspendue. Lorsque vous avez eu recours à la congélation des embryons surnuméraires, cela n’est pas pris en compte dans les tentatives, et cette manipulation est comptée dans le « cycle » et une chance supplémentaire de grossesse pour une même tentative.

De nombreuses femmes ayant dépassé leur quarante-troisième anniversaire profitent de la possibilité de faire une FIV à l’étranger, notamment en Espagne. En revanche, tous les frais engendrés seront à charge de la future maman, et un besoin de financement peut être nécessaire.

Vous pensez à la fécondation in vitro et avez un réel désir d’enfant ? Vous souhaitez cependant conserver le lien avec votre médecin ou praticien et ce dernier a des dépassements d’honoraires non pris en compte ? Votre volonté est de faire la procédure dans les meilleures conditions, et sans stress ? Le confort est essentiel pour mettre toutes les chances de réussite de votre côté. Pour cela, faites l’impasse sur la question argent. N’hésitez pas à faire le point avec nos conseillers experts qui prendront du temps pour vous ! Ils vous accompagneront dans votre projet !

Financez votre projet grâce au rachat de crédit !

Vous avez déjà plusieurs crédits en cours et de nouveaux projets en tête ?
Regroupez vos crédits et bénéficiez d’une seule mensualité !

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4.6/5 - 22 avis