La location avec option d'achat (LOA) : un bon plan ?

Une location avec option d'achat ou leasing revêt le double avantage de nécessiter un faible investissement de base et de vous faire rouler en permanence avec un véhicule récent. Devriez-vous y souscrire ?

  • Publié le 02/09/2016 (mis à jour le 15/11/2018)
  • Écrit par
La location avec option d'achat (LOA) ou leasing
La location avec option d'achat d'un véhicule est une formule qui présente un certain nombre d'avantages en comparaison d'un crédit auto classique.

C'est peu de dire que la location avec option d'achat (LOA) a le vent en poupe chez les Français ! Au mois de juin 2016, et selon l'association française des sociétés financières (ASF), les nouvelles opérations de LOA en vue de l'acquisition d'un véhicule neuf ont représenté un montant de plus de 500 millions d'euros, alors que la production de crédits auto classiques s'élevait à peine à 245 millions d'euros…

La location avec option d'achat présente le double avantage de nécessiter un faible investissement initial et de vous faire rouler en permanence avec un véhicule récent. Pour autant, est-il toujours intéressant de renoncer ainsi à la propriété de votre voiture ou de la racheter à l'issue de la période de location ? La LOA est une formule très spécifique, soumise à de nombreuses contraintes, et qui peut ne pas convenir à tout le monde.

Quel est le principe d'une location avec option d'achat ?

La « location avec option d'achat », parfois également appelée « leasing » ou encore « location avec promesse de vente », est une formule qui vous permet de louer un véhicule pendant une période prédéfinie, qui va selon les cas de deux ans (24 mensualités) à cinq ans (60 mensualités). À l'échéance de ce contrat, le locataire a deux possibilités : il peut tout d'abord choisir de racheter le véhicule à un prix défini à l'avance dès la signature du contrat, auquel cas il devient propriétaire du véhicule. Il peut, à l'inverse, renoncer à exercer cette option, ce qui signifie que les loyers versés – qui représentent typiquement 60 % à 80 % du prix du véhicule neuf – sont définitivement perdus. Attention : la LOA ne doit pas être confondue avec la « location longue durée » (LLD), qui ne prévoit aucune option de rachat en fin de contrat, ni même encore avec un crédit ballon.

La location avec option d'achat d'un véhicule nécessite parfois que le client fournisse un apport personnel initial, qui sera alors considéré comme une « mensualité 0 ». L'offre publicitaire d'un constructeur peut ainsi afficher, par exemple, une « première mensualité de 2 000 € suivie de 48 mensualités de 150 € ». Un dépôt de garantie est également exigé de façon quasi systématique. Ce dernier sera restitué en fin de location, minoré des éventuels dégâts constatés sur le véhicule (voir ci-dessous), ou diminuera d'autant le prix de rachat si le conducteur choisit cette option.

Sous certains aspects, une LOA est assimilée par la loi à une forme de crédit – une société de crédit achète le véhicule pour le compte du client, et le lui fournit ensuite en location – mais les différences restent cependant nombreuses. S'agissant d'une location, les professionnels n'ont en effet pas l'obligation de faire apparaître un taux annuel effectif global (TAEG) qui reflète l'intégralité des coûts de l'opération.

La LOA obéit à un formalisme précis

Un contrat de location avec option d'achat doit vous fournir en un seul coup d'œil l'ensemble des informations pertinentes et des caractéristiques de l'offre, et en particulier :

  • L'identité des deux parties (société de location et locataire)
  • La durée de la location et la date de la première mensualité
  • Le montant du dépôt de garantie et ses modalités de restitution
  • La valeur de rachat du véhicule (ou « valeur résiduelle ») à l'issue de la période de location.

Quels sont les avantages de la LOA ?

Sur le papier, la location avec option d'achat est une formule séduisante. En effet, le leasing représente un compromis intéressant entre la propriété de votre véhicule personnel (via un crédit auto classique) et une location stricto sensu (via une location longue durée, par exemple).

Avec la LOA, les conducteurs désireux de rouler en permanence avec un véhicule récent – et donc en bon état général – peuvent facilement prévoir un budget « voiture » stable et permanent. Tout comme ces derniers restent libres de signer par exemple un nouveau leasing tous les trois ans en récupérant et en réinvestissant à chaque fois le dépôt de garantie. Les locataires qui ne savent pas encore ce qu'ils décideront dans trois ou quatre ans, de même, se rassurent en conservant l'option d'un achat à l'échéance du contrat, si jamais ils souhaitent abandonner le système de la LOA et redevenir propriétaire de leur véhicule.

Lorsqu'elle est assortie d'un dépôt de garantie modéré et qu'elle ne nécessite aucun apport personnel, la LOA demande bien souvent un effort financier moins lourd qu'un crédit auto pendant les premières années. Cela signifie que pour un montant équivalent, vous pourrez conduire une voiture plus haut de gamme que si vous aviez contracté un crédit.

L'assurance auto en LOA : un point délicat

Il est rare que l'assurance de la voiture soit incluse dans la mensualité. La plupart du temps, la société de location vous obligera non seulement à vous assurer vous-même, mais aussi à choisir un contrat « tous risques » haut de gamme et donc particulièrement onéreux, incluant une garantie contre le vol ou l'incendie avec remboursement à neuf.

En cas de vol, destruction ou disparition du véhicule, en effet, vous avez en théorie l'obligation de continuer à honorer le contrat et donc de régler vos mensualités jusqu'à l'échéance, ainsi que la valeur de rachat. L'indemnisation de l'assurance – versée directement à la société de location – vient en déduction de ce montant. Si l'assureur remboursait le véhicule à hauteur de sa valeur résiduelle et non de sa valeur à neuf, autrement dit, vous seriez redevable d'une forte somme d'argent alors même que vous êtes privé du véhicule.

Les autres limites et contraintes de la LOA

La location avec option d'achat apporte avec elle son lot de contraintes, et vous fera peut-être regretter la liberté qui était la vôtre en tant que propriétaire de votre véhicule !

  • Un contrat de LOA vous impose un kilométrage maximum par année. Ce détail peut bien sûr être modulé à la hausse avant la signature du contrat et en fonction de vos besoins, mais attendez-vous dans ce cas à une majoration de la mensualité. En moyenne, un véhicule essence sera limité à 12 000 ou 15 000 kilomètres par an, tandis qu'un véhicule diesel pourra parcourir jusqu'à 25 000 kilomètres. Les dépassements font l'objet d'un supplément non négligeable, de l'ordre de 5 à 10 centimes d'euros par kilomètre.
  • La taxe de la carte grise et le contrôle technique au bout de quatre ans restent intégralement à votre charge, et de votre entière responsabilité. Il en va bien évidemment de même des infractions routières que vous pourriez commettre au volant.
  • Un contrat d'entretien avec le constructeur peut être inclus avec la LOA, mais c'est loin d'être toujours le cas. Il vous faudra alors payer un peu plus pour effectuer des révisions régulières et procéder sans délai aux réparations du véhicule. Impossible en effet de faire l'impasse sur cette dépense dans la mesure où…
  • …les frais de remise en état du véhicule, à l'issue de la location, peuvent s'avérer une douche froide pour le locataire, et engloutir une bonne partie de son dépôt de garantie ! Le contrat exige la restitution du véhicule dans un parfait état de conservation, et la moindre égratignure sur la carrosserie ou tâche dans l'habitacle fera l'objet d'une facturation, au montant imprévisible. Inutile cependant de vous inquiéter sur ce point si vous avez l'intention de racheter le véhicule.
À lire également : l'essentiel à connaître pour votre crédit auto
0 commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Cette page vous a-t-elle été utile ?

4,5/5 - 67 avis

Merci d'avoir pris le temps de nous noter

☆ ☆ ☆ ☆ ☆