Comment Orange compte bousculer les codes de la banque en ligne

  • Publié le 12/10/2016
  • Écrit par
  • Aucun commentaire
Orange Finanse
L'évolution d'Orange en France pourrait fort bien suivre le même chemin qu'a emprunté le groupe en Pologne avec « Orange Finanse ». (Crédit : Orange)

Orange se prépare à attaquer le marché bancaire dès le premier semestre 2017. Pour atteindre les objectifs commerciaux particulièrement audacieux qu'il s'est fixés, le groupe a l'intention d'aller vite tout comme de frapper fort.

Stéphane Richard le dit et le redit à qui veut l’entendre : la future Orange Bank, qui devrait voir le jour à compter du mois de février 2017, est envisagée tout simplement par le P-DG du groupe comme « le Free de la banque » !

La nouvelle banque en ligne du plus grand opérateur des télécoms français, en d’autres termes, compte bien ne pas se cantonner à un rôle de figuration, et bousculer sévèrement le marché dès son arrivée. Pour atteindre ses objectifs commerciaux très audacieux, Orange Bank s’appuiera sur un panel de services n’ayant rien à envier aux acteurs déjà implantés depuis des années, mais aussi sur son réseau d’agences et sur l’expérience déjà accumulée dans d’autres pays comme la Pologne.

Des objectifs commerciaux ambitieux dès la première année

D’après une information communiquée par les syndicats du groupe, Orange nourrit de grandes ambitions pour sa nouvelle filiale bancaire. La direction tablerait ainsi sur 400 000 premiers clients pour Orange Bank dès la fin de l’année 2017. À plus long terme, une clientèle de deux millions de personnes serait l’objectif cible pour 2024. Pour mieux mettre en perspective ces chiffres, rappelons que l'un des leaders historiques, Boursorama, a quant à lui mis une quinzaine d’années pour franchir le cap des 400 000 clients, et n’en compte à l’heure actuelle « que » 900 000 environ.

Orange Bank espère notamment connaître une croissance bien plus rapide en proposant, dès le tout premier jour, un large panel de services proposés par une banque en ligne. On sait d’ores et déjà que le compte courant, la carte bancaire, les produits d’épargne (livrets, assurance-vie, PEA…), l’assurance et le crédit à la consommation seront de la partie. Le crédit immobilier, seul grand absent, est déjà prévu dans le plan de développement de la nouvelle banque en ligne et devrait donc voir le jour par la suite.

Comment Orange prépare son offensive dans la banque – Source : BFM Business

Un maillage territorial soigneusement étudié

La force d’Orange Bank devrait résider dans son modèle hybride, à mi-chemin entre banque 100 % en ligne et banque traditionnelle. En effet, 140 des 850 boutiques du groupe vont être mises à contribution dans un premier temps et devraient proposer un espace spécifique et confidentiel dédié aux services bancaires. Ces agences ne seront en rien un passage obligé, puisque la totalité de l’offre pourra être librement souscrite via l’application mobile de la banque.

Cette transformation de certaines boutiques Orange en agences bancaires implique évidemment, pour l’opérateur, une petite révolution en interne. 700 commerciaux du groupe, sélectionnés parmi « les plus expérimentés », auraient ainsi été retenus pour suivre une formation d’une durée minimale de 80 heures qui leur permettra ensuite de vendre des produits bancaires.

Avec 28 millions de clients mobile et 11 millions de clients fixe amenés à se rendre en boutique au moins de temps en temps, le potentiel de recrutement est considérable pour Orange Bank. Une montée en puissance, par ailleurs, devrait intervenir dès le second semestre 2017, avec le début de la commercialisation des offres Orange Bank dans les quelques 3 000 agences et points de vente du réseau de Groupama et Gan.

Une évolution favorable du cadre réglementaire

Tous les feux sont dorénavant au vert pour le lancement de l’offre bancaire d’Orange. L’opérateur a notamment obtenu au début du mois d’octobre l’aval des autorités françaises et européennes pour procéder, comme prévu, au rachat de 65 % des parts de Groupama Banque et entamer ainsi son aventure.

La date de lancement retenue par Orange, vers le mois de février 2017, est très opportune. Elle coïncide en effet avec l’entrée en vigueur de certaines des dispositions de la récente loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite « loi Macron », dont en particulier le transfert automatique de dossier en cas de changement de banque.

Concrètement, les Français souhaitant changer de banque pourront désormais se reposer entièrement sur leur nouvel établissement pour la prise en charge des formalités comme le transfert des virements et des prélèvements. Une évolution qui pourrait bien convaincre de nombreux indécis auparavant rebutés par la complexité de la tâche !

Une première expérience concluante en Pologne

L’évolution d’Orange, en France, pourrait fort bien suivre le même chemin qu’en Pologne. C’est en effet dans ce pays d’Europe de l’Est que l’opérateur avait choisi, dès le mois d’octobre 2014, de lancer sa première offre bancaire en partenariat avec mBank, mais aussi une offre de fourniture d’électricité via Orange Energia.

Déjà forte de 300 000 clients, la petite Orange Finanse a construit son succès sur un principe simple : plus vous souscrivez largement aux autres services de l’écosystème Orange, et plus vous bénéficiez de tarifs attractifs ! En France, des offres Orange combinant téléphonie, Internet et banque sont donc très probables dès l’année prochaine.

À lire également : Banque en ligne, laquelle choisir ?
Aucun commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)