La Banque Postale va lancer sa propre banque en ligne

  • Publié le 25/02/2016
  • Écrit par
  • Aucun commentaire
Remy Weber
Selon Rémy Weber, « c'est la relation humaine qui permettra de faire la différence » pour la filiale en ligne de La Banque Postale qui devrait voir le jour d'ici la fin de l'année.

Suivant l'exemple de la majorité de ses concurrents, La Banque Postale annonce le lancement d'une filiale 100 % en ligne... qui gardera toutefois un lien fort avec ses agences physiques.

Forte de ses 17 000 points de contact disséminés à travers le territoire et de quelques 11,2 millions de clients, La Banque Postale est un poids lourd du réseau bancaire français. Jusqu’à présent, elle semblait toutefois avoir manqué le train des banques 100 % en ligne.

Une interview du président de La Banque Postale, Rémy Weber, parue dans l’édition du Parisien de ce lundi 22 février 2016 change toutefois la donne. À l’instar de BforBank pour le Crédit Agricole ou encore de Hello Bank! pour BNP Paribas, La Banque Postale ambitionne de créer sa propre filiale bancaire entièrement numérique avant la fin de l’année. Le panel des services bancaires proposés est encore inconnu à l’heure actuelle, mais il devrait viser en priorité une clientèle jeune et très mobile.

Une banque 100 % en ligne annoncée dès 2016

La Banque Postale, qui bénéficie du statut d’établissement bancaire à part entière depuis 2006, va diversifier ses activités à l’occasion de son dixième anniversaire et lancer une banque 100 % digitale avant la fin de l’année. Si la grille tarifaire de la banque en ligne, les prestations qu’elle proposera, son futur positionnement marketing et même son nom restent pour l'instant inconnus, l’information a été confirmée et rendue publique en début de semaine par Rémy Weber. Cette initiative tentera de reproduire le succès déjà rencontré par les filiales d’autres grands réseaux traditionnels, comme Boursorama (Société Générale) ou encore Fortuneo (Crédit Mutuel Arkéa).

La Banque Postale n’est pas entièrement novice en matière de services numériques. L’établissement propose déjà une interface en ligne à tous ses clients. Si l’on en croit Rémy Weber, elle serait régulièrement consultée par une bonne moitié d’entre eux. Depuis octobre 2012, la banque a par ailleurs fait connaître son nouveau service « La Banque Postale chez soi », une agence en ligne améliorée permettant de joindre un conseiller sur des horaires élargis (de 8h00 à 20h00 en semaine et de 9h00 à 17h00 le samedi). Le service compterait déjà environ 100 000 clients.

L’enjeu : conquérir ou conserver une clientèle jeune

Les premières déclarations du directeur Rémy Weber permettent d’établir que la future banque en ligne de La Banque Postale devrait faire la part belle aux utilisateurs nomades. Son interface sera par ailleurs conçue pour une exploitation optimale sur smartphone ou tablette. Ce positionnement devrait lui permettre de conquérir, ou du moins de conserver une large part de sa clientèle la plus jeune, notamment si la future filiale propose les mêmes facilités que sa maison-mère. Celle-ci permet par exemple d’ouvrir un compte courant sans aucune condition de revenus ou d’ouvrir un livret A avec seulement 1,50 € en poche.

La déclinaison numérique de La Banque Postale devrait cependant garder un lien fort avec les agences physiques pour ceux qui le souhaitent, et accorder une large part au contact humain. Le directeur du groupe estime en effet que « c'est la relation humaine qui permettra de faire la différence » lorsque les nouveaux usages numériques auront pleinement intégré les mœurs. Il est vrai que l’appui du réseau des bureaux de Poste, d’une densité sans équivalent chez les autres réseaux bancaires, pourrait donner un avantage concurrentiel majeur à la nouvelle filiale et rassurer certains clients hésitants à ouvrir un compte bancaire en ligne.

Une réorientation vers le marché pro

L’entretien réalisé avec Rémy Weber met également en lumière les ambitions de La Banque Postale, « historiquement » tournée vers les particuliers, sur le marché des clients professionnels et business. Le groupe s’est fixé des objectifs majeurs à atteindre d’ici 2020.

Ces objectifs incluent par exemple la formation de 1 000 conseillers spécialisés dans les besoins des TPE et PME et l'acquisition d'un total de 250 000 clients pro à la même date. Si ces enjeux semblent concerner pour l’essentiel la maison-mère, rien ne dit que la future filiale 100 % en ligne ne s’intéressera pas elle aussi à ce segment de clientèle dans un avenir proche.

Aucun commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)