6 conseils pour se protéger des fraudes à la carte bancaire

  • Publié le 26/09/2016
  • Écrit par
  • Aucun commentaire
Fraude à la carte bancaire
Dans un commerce, votre carte bleue ne doit jamais quitter votre poche ou vos yeux pour éviter toute retranscription frauduleuse de ses données.

« Phishing », « skimming », « collet marseillais »... Des plus basiques aux plus sophistiquées, JeChange.fr passe en revue les principales techniques de fraude à la carte bancaire et vous livre quelques conseils pour vous en protéger.

C’est la hantise de nombreux détenteurs de cartes bancaires. S’apercevoir, lors d’une consultation de routine, d’un retrait anormal et conséquent sur son compte courant qui ne peut avoir pour origine qu’une manœuvre malveillante.

Alors que les Français sont les champions de la carte bancaire, les fraudes relatives à ce moyen de paiement ont explosé au cours des années les plus récentes, à la faveur notamment du développement accéléré du commerce électronique. Selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), le nombre annuel de fraudes est passé de 540 000 en 2010 à plus de 800 000 en 2013, soit une augmentation spectaculaire de 67 %.

Face à la multiplication des techniques de fraude, plus aucun détenteur de carte n’est entièrement à l’abri. Toutefois, certaines précautions simples vous permettront de limiter drastiquement le risque d’être la prochaine victime !

Des techniques de fraude parfois très sophistiquées…

Escrocs et autres personnes mal intentionnées n’hésitent plus à déployer des trésors d’ingéniosité pour vous soutirer les coordonnées de votre carte bancaire et bénéficier ainsi d’un libre accès à vos comptes ! Parmi les techniques les plus connues, le « phishing » consiste à inonder les boîtes e-mail de dizaines de milliers de personnes en se faisant passer pour votre banque ou encore un grand établissement bancaire. Invitée à cliquer sur un lien soi-disant pour régulariser sa situation, la victime est en réalité emmenée sur un site tiers qui va lui demander de rentrer les données de sa carte bancaire.

D’autres vont jusqu’à monter un faux site de e-commerce de toutes pièces, pour ensuite encaisser tranquillement les paiements des clients sans jamais les livrer, et en prétextant un problème de stock pour les endormir aussi longtemps que possible. Le paiement sur Internet est d'ailleurs en tête des fraudes si l'on en croit l'Observatoire 2015 de la sécurité des cartes de paiement. Même sur une boutique en ligne bien réelle, vous courez le risque d’un piratage en bonne et due forme lorsque vous envoyez vos informations de paiement et qu’un tiers parvient à les intercepter, parfois via un spyware dissimulé dans votre ordinateur. De manière générale, privilégiez les boutiques offrant une interface sécurisée avec une adresse web commençant par « https:// ».

Une autre technique plus récente, appelée le « skimming », permet la récupération automatique des données principales de la carte bancaire en insérant un petit décodeur invisible dans la fente d’un DAB. Le codage de la carte est ensuite dupliqué sur une carte vierge qui sera réutilisable librement à l’étranger. Seule contrainte : les escrocs doivent parvenir à distinguer le code confidentiel que vous composez au distributeur.

…et parfois très basiques !

Les fraudes les plus simples sont parfois les plus redoutablement efficaces. Lors de tout achat dans une boutique physique ou par exemple à l’occasion d’un repas au restaurant, il est important de ne jamais confier votre carte bancaire au commerçant. Hors de votre vue, ce dernier pourrait en effet noter les informations essentielles de votre carte (numéro, date d’expiration, cryptogramme au verso) et s’en servir ensuite pour réaliser des achats sur Internet, puisque le code confidentiel à quatre chiffres n’est alors pas nécessaire.

Également assez répandue, la technique du « collet marseillais » est en quelque sorte le parent pauvre du skimming. Une simple bande factice en plastique vient se superposer discrètement sur la fente du distributeur et donne alors l’impression à l’utilisateur que sa carte vient d’être « avalée » par le DAB. Il ne reste plus au malfaiteur, posté à proximité, qu’à attendre que la victime s’en aille perplexe pour récupérer le tout.

Au-delà de toutes ces méthodes plus ou moins passives et astucieuses, le risque d’une agression physique pure et simple n’est bien sûr jamais à sous-estimer. Il est recommandé dans un tel cas de n’opposer aucune résistance. Il sera bien assez tôt ensuite pour former opposition sur votre carte bancaire et/ou obtenir le remboursement des sommes volées auprès de votre banque.

6 conseils pour se protéger au quotidien

Face à la multiplicité des menaces qui le guettent, le détenteur d’une carte bancaire pourrait se croire entièrement à la merci du premier escroc venu. Malgré tout, des moyens simples existent pour diminuer fortement le risque de subir une fraude à la carte bancaire. Parmi les conseils à retenir :

  1. Réduisez autant que possible la fréquence d’utilisation de votre carte bancaire. Privilégiez les espèces pour des achats multiples d’un petit montant notamment, le paiement en liquide est plus simple et ne fait courir aucun risque.
  2. En option ou déjà inclus dans votre pack de services, votre banque propose peut-être un système de paiement sécurisé de type « 3D Secure » ou « e-Carte Bleue ». Ces dispositifs permettent de générer un code à usage unique ou encore de rajouter une couche de vérification avant de valider une transaction, par exemple en réclamant un code envoyé par SMS sur le smartphone du titulaire du compte courant. Faites-en un usage immodéré !
  3. Dans un commerce, votre carte bleue ne doit jamais quitter votre poche ou vos yeux pour éviter toute retranscription frauduleuse de ses données. Pour une sécurité supplémentaire, n’hésitez pas à biffer le cryptogramme au dos de la carte (après l’avoir noté ailleurs, naturellement).
  4. Sur Internet, privilégiez au maximum les « gros » sites très largement connus. Ne vous aventurez pas sur une e-boutique confidentielle sans avoir effectué un minimum de recherches auparavant sur sa réputation ou ses antécédents. Maintenez par ailleurs votre antivirus parfaitement à jour en toutes circonstances.
  5. À un distributeur, dissimulez soigneusement le clavier avec une main tandis que vous composez votre code confidentiel de l’autre pour éviter regards indiscrets comme caméra espion. Si la carte est avalée sans raison apparente et pendant la fermeture de la banque, ne paniquez pas et faites immédiatement opposition. N’acceptez l’aide d’aucun inconnu qui passerait « fortuitement » par là.
  6. Ignorez systématiquement les e-mails douteux en provenance de votre banque ou d’une autre institution lorsqu’ils mènent vers un lien vous demandant vos informations bancaires. A fortiori si le message est bourré de fautes d’orthographe !
À lire également : les bons gestes à avoir en cas de perte ou de vol d'un chèque
Aucun commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)