Propriétaires : tout savoir sur l'assurance multirisques habitation (MRH)

Assurance habitation MRH
À la différence des locataires, les propriétaires peuvent choisir de ne pas assurer leur habitation… un choix particulièrement risqué.

Indispensable pour protéger votre bien immobilier, l'assurance multirisques habitation fait souvent l'objet de contrats trop onéreux. Comment réduire les frais ?

L’achat d’un bien immobilier représente pour de nombreux foyers l’investissement de toute une vie. Il est donc impensable de négliger la qualité de la police d’assurance multirisques habitation (MRH) souscrite pour le protéger, d’autant qu’une maison individuelle ou un appartement sont soumis à de très nombreux risques et aléas.

Et c'est précisément cette crainte d'une protection défaillante qui conduit certains assurés à ne pas remettre en cause des contrats très coûteux et peu efficients, alors même qu'ils pourraient profiter des mêmes garanties ailleurs pour un tarif bien inférieur. JeChange.fr, courtier en assurances, vous accompagne en vue d'identifier vos besoins et de trouver le meilleur prestataire en matière de MRH.

Principes généraux de l'assurance MRH

Qu'est-ce qu'une assurance multirisques habitation ?

Une formule d'assurance MRH permet d'indemniser l'assuré suite à un sinistre ayant occasionné des dégâts à son habitation ou à son mobilier. Hors certains cas d'exclusion, l'assuré peut faire valoir ses droits dans la plupart des circonstances, et ce qu'il soit purement victime du sinistre ou qu'il y ait contribué partiellement par son comportement. Pour mériter l'appellation MRH, la formule doit comprendre un certain nombre de garanties obligatoires (tempête, feu…), auxquelles s'ajoutent éventuellement des garanties facultatives que l'assuré souscrit librement.

À la différence des locataires, les propriétaires peuvent choisir de ne pas assurer leur habitation. Un choix évidemment particulièrement risqué et non recommandé.

Quels sont les biens assurables ?

Le premier des biens assurés est naturellement l'immeuble lui-même, dont les limites doivent être précisément circonscrites dans le contrat d'assurance. Les dépendances situées sur la propriété, si elles ne peuvent être détachées de cette dernière sans dénaturer et dégrader l'ensemble (cave, garage, abri de jardin…) sont couvertes par la protection.

Bon à savoir : l'indemnisation d'un bâtiment revêt deux formes principales, mentionnées au sein du contrat :

  • la « valeur de reconstruction vétusté déduite », également appelée « valeur d'usage », qui permet à un expert de déterminer les sommes nécéssaires en vue de reconstruire le bien sinistré à l'identique, desquelles va être déduit un coefficient de vétusté correspondant à l'usure dudit bien
  • la « valeur à neuf », complément de garantie qui va limiter la perte liée à l'application du coefficient de vétusté sus-cité. Toutefois, il est à noter que ce complément d'indemnisation est plafonné à 25 % de vétusté, l'indemnisation à valeur à neuf est donc un abus de langage face auquel tout assuré se doit de se montrer vigilant.

Ce contrat multigarantie, par ailleurs, étend utilement son effet à l'ensemble des biens mobiliers et personnels entreposés dans les bâtiments couverts, à partir du moment où la propriété de ces objets peut être justifiée par l'assuré, un membre de sa famille ou une personne de passage.

Une protection spécifique et plus importante peut enfin être accordée aux biens mobiliers et immobiliers utilisés par l'assuré à des fins professionnelles, à supposer qu'il exerce sa profession à domicile ou dans une dépendance attenante.

Quels sont les principaux dommages couverts ?

Dans le cadre d'une assurance MRH, la plus importante composante obligatoire est bien souvent la garantie incendie/explosion. Cette dernière couvre globalement tous les dégâts causés par un incendie, une explosion ou une implosion. Les dégâts occasionnés par la lutte contre l'incendie sont également pris en compte, voire même les sinistres sans dégagement de flammes (garantie « dommages ménagers »).

La garantie dégât des eaux indemnise le préjudice lié à des infiltrations, fuites, débordements ou ruptures de canalisation, suite par exemple à une période de gel. Attention toutefois, car la garantie ne prend en compte que les dégâts occasionnés, et pas la réparation de la malfaçon à l'origine du sinistre.

Plus variable dans son contenu, la garantie vol, éventuellement assortie d'un volet « vandalisme » vous protège des conséquences d'un vol commis par effraction, par escalade ou encore par ruse dans votre domicile. Outre que l'assuré doit apporter la preuve du vol, l'indemnisation peut être soumise à la présence de certains systèmes de sécurité.

La garantie dommages électriques couvre les dommages électriques affectant les appareils électriques utilisés au quotidien, et notamment l'ensemble des biens électroménagers (lave-vaisselle, lave-linge, frigidaire, congélateur...) mais aussi les chaînes hifi, les téléviseurs, les ordinateurs...  Ces dommages sont essentiellement liés à une surtension, typiquement provoquée par une chute de foudre.

La garantie bris de glace protège l'assuré des dégâts qui peuvent être infligés aux surfaces vitrées de son habitation (fenêtres, baies, vélux, simples miroirs).

En plus de l'incendie, tout contrat d'assurance MRH doit comprendre une garantie tempête, qui va indemniser le propriétaire des dégâts liés aux vents violents, à la grêle et à la neige.

Distincte de la précédente, la garantie catastrophes naturelles est d'ordre public et s'impose donc à tout contrat MRH. Elle vise à protéger les particuliers contre tout phénomène climatique d'une intensité anormale et exceptionnelle, et ne peut rentrer en jeu que sous réserve d'une constatation d'un état de catastrophe naturelle publiée au Journal Officiel.

Quelles sont les obligations de l'assuré ?

L'assuré est tenu de se conformer à une obligation de déclaration pour prétendre à une indemnisation : cette déclaration devra intervenir dans les cinq jours de la constatation du sinistre dans la plupart des cas, sauf en cas de vol (deux jours) et de catastrophe naturelle (dix jours). Selon la nature du sinistre, différentes pièces seront éventuellement à joindre au dossier (factures, devis estimatifs de réparation, récépissé de dépôt de plainte…).

Réalisez des économies sur votre assurance MRH

Assurance MRH : une multitude croissante de prestataires

Nos conseillers MRH sont à votre écoute :
☎ 05 47 54 12 90

Au cours des deux dernières décennies, la concurrence dans le domaine de l'assurance habitation est devenue particulièrement rude. Outre les grandes compagnies d'assurance traditionnelles, qui conservent les plus grosses parts de marché, il convient de noter en particulier l'essor de certains assureurs en ligne qui utilisent l'argument du « low cost ». Sans même parler des banques, qui tentent désormais systématiquement de vendre une assurance habitation en même temps que l'assurance du crédit immobilier. Certaines mutuelles, enfin, se lancent elles-mêmes sur le marché avec un niveau de garantie tout à fait comparable.

Il est possible de tirer le meilleur parti de cette concurrence en faisant appel à un courtier en assurance, qui va prendre le soin de contacter les différents assureurs à votre place pour vous obtenir les meilleures conditions possibles, en échange d'une commission. Selon les assureurs, les cotisations exigées pour un niveau de garantie équivalent peuvent ainsi aller du simple au double !

Les contrats les plus avantageux vont aux clients les plus réactifs

Bien loin d'être récompensée à sa juste valeur, la fidélité en matière d'assurance habitation peut coûter cher. Un contrat renouvelé de façon automatique, année après année, perd progressivement sa pertinence dans la mesure où l'offre disponible sur le marché continue à évoluer dans le même temps, et à proposer des garanties supplémentaires pour le même prix, voire pour moins cher. C'est la raison pour laquelle il est conseillé de procéder à la révision d'un contrat d'assurance habitation MRH au moins une fois tous les deux à trois ans.

De plus, et dans la plupart des cas, les clients faisant le choix de regrouper toutes leurs polices d'assurance chez le même assureur sont considérés comme acquis et « captifs », ce qui n'incite pas la compagnie à leur proposer des tarifs avantageux. À l'inverse des nouveaux clients potentiels, qui doivent être séduits par tous les moyens.

De nouvelles facilités de résiliation prévues par la loi

Jusqu'à récemment, les assurés étaient contraints d'attendre la date anniversaire de leur contrat pour le résilier, à la condition de bien réaliser cette formalité dans les délais.

La loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, dite « loi Hamon », dès son entrée en vigueur effective, va assouplir considérablement les règles de résiliation : désormais, une fois passé le premier anniversaire de votre contrat d'assurance MRH, vous serez libre de résilier ce dernier à tout moment et ce, sans pénalité. Les conditions sont donc désormais réunies pour faire la chasse aux meilleures formules dotées de garanties équivalentes adaptées à votre budget et à vos besoins.

À lire également : l'assurance MRH locataire
2 commentaires - Réagissez à votre tour
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)

Thomas  -  Le 15 septembre 2015 à 22h44

Bonjour, merci pour ce superbe article.
Ayant une mrh comprenant le bris de glace je voulait savoir si j'allais être indemnisé pour une fenêtre pvc double vitrage dont le coin pvc est fendu sur la largeur et la vitre dans toute sa diagonale.
Je précise que je suis l'auteur du sinistre: j'aidai ma fille par terre et en me relevant j'ai dégondé la fenêtre qui est tombée et s'est cassée, j'avais tout simplement oublié sa présence (et j'ai eu un poil mal au dos(mais ma fille n'a rien eu :)).
Recevrais-je la visite d'un expert, la facture devant approcher les 1000E ?

Répondre

JeChange.fr  -  Le 23 octobre 2015 à 11h53

Bonjour,

Votre police d'assurance MRH, au titre de la garantie bris de glace, est susceptible d'intervenir car il s'agit d'un bris accidentel.

Nous vous recommandons de procéder à la réalisation d'un devis à soumettre à l'appréciation de votre assureur.

Selon le montant des réparations chiffré (généralement, autour de 800 €), un expert pourrait être mandaté par l'assureur à votre domicile.  Sachez cependant que si l'assureur considère que le montant en question est trop élevé, il est également susceptible de vous demander de nouveaux devis.

Cordialement,

Répondre