Comment choisir la meilleure assurance habitation en colocation ?

  • Publié le 01/09/2016
  • Écrit par
  • Aucun commentaire
L'assurance habitation d'une colocation
Dans le cadre d'une colocation, diverses solutions d'assurance habitation existent : contrat unique, formules individuelles, assurance propriétaire...

La colocation a le vent en poupe, notamment auprès des étudiants comme des jeunes actifs. À l'image de toute location classique, le logement doit être assuré. À ce sujet, diverses solutions existent : suivez le guide !

La formule de la colocation apparaît toujours plus séduisante dans les villes marquées par des loyers exorbitants. Étudiants et jeunes actifs, notamment, y voient à juste titre la meilleure formule pour bénéficier d'une plus grande surface habitable et d'un mode de vie plus convivial. Et ce, tout en réalisant des économies substantielles par rapport à une location classique en solo !

La plupart des propriétaires seront prêts à accepter le principe d'une colocation, d'autant plus que l'insertion d'une « clause de solidarité » au sein du bail rend tous les colocataires solidaires du paiement du loyer et permet donc, du point de vue du bailleur, de mutualiser les risques. Vous devrez toutefois vous mettre parfaitement en règle concernant l'assurance habitation et le rester ensuite au gré des changements de colocataires, au risque sinon d'une résiliation du bail ! Plusieurs possibilités s'offrent à vous.

Colocation : une obligation d'assurance...

La colocation n'est pas un régime strictement défini dans la réglementation. La loi ne fait d'ailleurs aucune différence entre un locataire classique et un colocataire. Vous êtes officiellement considéré comme un colocataire dès lors que votre signature figure sur le bail.

Il suffit théoriquement qu'un seul colocataire soit assuré contre les « risques locatifs » (garantie dégâts des eaux, incendie, explosion...) pour que la colocation soit en règle. Néanmoins, et en cas de sinistre, les différents colocataires devront tous contribuer à la réparation du préjudice à hauteur de la part du loyer qu'ils assument. L'assurance habitation, si elle n'a été souscrite que par l'un d'entre eux, refusera de couvrir la part des autres colocataires. Autrement dit, il est indispensable que chacun soit bien couvert de façon nominative par un bon contrat d'assurance !

La présentation d'une attestation d'assurance sera indispensable pour recevoir les clés du logement, puis devra être renouvelée une fois par an. Tout manquement sur ce point expose l'ensemble des colocataires à une résiliation du bail de la part du propriétaire. En cas de sinistre, par ailleurs, vous ne serez pas couvert et resterez redevable de l'ensemble des dégâts sur vos deniers personnels !

...mais des assureurs parfois sourcilleux

Les colocataires peinent parfois à s'attirer les faveurs des assureurs. En effet, ces derniers voient logiquement dans cette multiplication des occupants du logement une augmentation des risques courus par le bien en question. Certaines sociétés d'assurance ont défini leurs propres critères pour accepter ou refuser un dossier. Il peut s'agir par exemple du respect d'un nombre maximal de colocataires en fonction de la surface du logement ou du nombre de pièces : pas plus de deux occupants dans un T1, par exemple.

Sachez également que quelques assureurs réservent leurs offres à certains types de colocataires uniquement, en particulier les étudiants et les jeunes actifs.

Contrat unique, formules individuelles, assurance propriétaire ?

Concrètement, une assurance habitation en colocation pourra prendre trois formes :

  1. Les colocataires signent un contrat d'assurance unique, et se partagent équitablement les cotisations à payer en fonction de la quote-part du loyer qu'ils assument. C'est la solution la plus simple, et la moins génératrice de conflits potentiels.
  2. Les colocataires souscrivent chacun une assurance habitation locataire individuelle. Cette méthode a l'avantage de la souplesse lorsque l'un des colocataires déménage. Dans la mesure du possible, il est recommandé de souscrire l'ensemble des contrats chez un seul et même assureur, de manière à éviter les complications inutiles lors du règlement d'un sinistre.
  3. Le propriétaire, à la demande des colocataires et s'il en est d'accord, souscrit lui-même une assurance habitation propriétaire. Il se dédommage ensuite en majorant le montant du loyer mensuel de 1/12ème de la cotisation de l'assurance. Un choix là aussi intéressant en cas de turnover important dans la colocation, mais qui suppose une bonne entente de l'ensemble des parties impliquées !

Garanties légales et facultatives

Chaque colocataire doit être assuré a minima au titre de la responsabilité civile du locataire, qui couvre les risques dits « locatifs » comme les sinistres causés par un incendie ou une explosion, un dégât des eaux, une catastrophe naturelle ou technologique ou encore un acte de terrorisme. Les colocataires, en effet, seront automatiquement présumés responsables des dégâts survenus dans le logement pendant la durée du bail. Cette garantie en responsabilité civile, dans la majorité des cas, est assortie d'une clause « recours des voisins et des tiers » qui vous protège aussi, comme son nom l'indique, en cas de dégât causé involontairement à un domicile voisin ou à un tiers.

D'autres protections facultatives, souvent présentes dans les contrats « multirisque habitation » (MRH) incluent la garantie contre les dommages aux appareils électriques ou le vol. Veillez à conserver précieusement les factures de vos appareils, et à mettre à jour régulièrement la liste de vos biens et de votre mobilier auprès de l'assureur si vous voulez compter sur une indemnisation correcte.

Enfin, notez que votre garantie en responsabilité civile peut être étendue au besoin jusqu'à inclure l'ensemble de votre « vie privée », et non pas seulement les dégâts en lien avec votre colocation. Une protection utile aussi bien pour des étudiants fêtards que pour de jeunes actifs débutant leur carrière !

Comment choisir la meilleure assurance habitation colocation ?

Avant de signer, montrez-vous vigilant sur le montant des primes exigées par l'assureur. Idéalement, le total des contributions de chaque colocataire ne doit pas dépasser la somme qui aurait été réglée par un locataire unique !

Pour faciliter les démarches, il est possible de déléguer la sélection du meilleur contrat d'assurance à un courtier spécialisé, qui vous proposera une sélection de contrats compétitifs et ne prélèvera une commission que si vous acceptez l'une de ses offres. À défaut, n'hésitez pas à tirer parti des nombreux comparateurs d'assurance en ligne et à réaliser des devis d'assurance habitation pour vous faire une première idée des tarifs qui pourront vous être demandés.

Que faire en cas de changement de colocataire ?

La vie d'une colocation est naturellement rythmée par le départ et l'arrivée de nouvelles têtes. Si la formule retenue est celle d'un contrat unique souscrit par les colocataires ou le propriétaire lui-même, le remplacement d'un colocataire impose de contacter l'assureur dans les meilleurs délais pour rédiger un avenant.

Si le colocataire en partance était titulaire d'un contrat individuel, il lui appartient bien évidemment de le résilier. À charge pour son remplaçant de souscrire un nouveau contrat à son tour, de préférence chez le même assureur.

Aucun commentaire - Soyez le premier à réagir
  • (obligatoire)
  • (obligatoire)